Samedi, 15 juin 2024
Dossier > COP27 >

Ils ont dit

Mercredi, 09 novembre 2022

Ils ont dit

Nous sommes ici aujourd’hui pour répondre aux questions et aux préoccupations de millions de personnes à travers le monde qui souffrent de catastrophes climatiques. Nous devons nous arrêter et nous demander : n’est-il pas temps que cette souffrance cesse ?.

Abdel-Fattah Al-Sissi

Président de la République arabe d’Egypte

Notre planète arrive à un point de bascule. Nous sommes sur une autoroute vers l’enfer avec le pied sur l’accélérateur. La moitié de la finance climatique doit être consacrée à l’adaptation car les besoins vont dépasser les 300 milliards de dollars par an.

Antonio Guterres

Secrétaire général de l’Onu

Il faut qu’on ait les Etats-Unis et la Chine qui soient vraiment au rendez-vous en matière de réduction des émissions à effet de serre et de solidarité financière. La France et l’Europe sont sur la bonne trajectoire en matière de réduction des émissions. Mais il faut que les grands pays émergents sortent très vite du charbon.

Emmanuel Macron

Président de la République française

Il y a des décennies, nous avons commencé à travailler sur la diversification de notre économie, le renforcement des capacités dans les énergies renouvelables et propres pour stimuler une croissance économique et sociale durable, et les Emirats arabes unis ont été le premier pays de la région à annoncer une initiative stratégique pour atteindre la neutralité climatique d’ici 2050.

Cheikh Mohamad bin Zayed Al Nahyan

Président des Emirats arabes unis

Quand le monde s’est réuni à Glasgow l’an dernier, les Etats se sont mis d’accord sur une feuille de route historique pour lutter contre un réchauffement climatique catastrophique. (…) Il est plus important que jamais que nous tenions cette promesse.

Rishi Sunak

Chef du gouvernement britannique

Le montant de 100 milliards de dollars ne suffit plus. Il doit s’élever à 200 milliards, afin que nous puissions atteindre les objectifs souhaités. Tous ceux qui ont causé la pollution doivent payer le coût des dangers qu’affronte la planète. Les pays africains soutiennent une transition verte juste et équitable plutôt que des décisions susceptibles d’affecter le processus de développement du continent.

Macky Sall

Président du Sénégal et président en exercice de l’Union africaine

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique