Mercredi, 24 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Une momie victime de sa gloire

Nasma Réda , Dimanche, 06 novembre 2022

Pressé de dévoiler les secrets de la plus belle tombe de toute la civilisation égyptienne jamais découverte, Howard Carter a gravement nui à la momie du jeune roi.

Une momie victime de sa gloire

« Howard Carter a sans aucun doute abîmé la momie de Toutankhamon ». C’est ce qu’assure Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil Suprême des Antiquités (CSA), signalant que Carter et son équipe ont découpé la momie du jeune pharaon en 13 parties afin de la débarrasser de ses bijoux et d’explorer tout ce qui existe dans son sarcophage. Bien que Carter note dans son journal intime être devant une momie très fragile qui risquait d’être réduite en poussière au moindre faux mouvement, il l’a traitée avec beaucoup de violence. « Carter a violé toutes les normes anatomiques suivies pour traiter une momie aussi fragile et aussi importante », se lamente l’égyptologue Ahmed Saleh, soulignant que Carter, pour faire des analyses et des études sur la découverte, a exposé la momie du jeune pharaon à la lumière du soleil pendant plusieurs heures afin de faire fondre les matières utilisées dans l’embaumement de la momie, mais en vain. Il l’a ensuite exposée à une chaleur dépassant les 200°C pour faire fondre l’onguent qui colle le masque au sarcophage et par la suite pouvoir détacher le masque fixé sur la momie. Même le masque a été traité avec agressivité puisque Carter a dû utiliser un marteau pour enlever le masque du roi, ce qui a détaché la barbe de sa place. « Carter a abîmé la momie. Il allait au-delà de l’or et des bijouteries royales car la tombe et les sarcophages étaient pleins de pièces précieuses variées, mais il cherchait sans doute à découvrir les secrets qui entouraient sa mort », indique Mahmoud Al-Hosary, professeur d’égyptologie à l’Université de la Nouvelle Vallée.

En effet, Dr Douglas Derry, qui accompagnait Carter lors des études effectuées à l’intérieur de la tombe, note que l’examen minutieux de la momie a été une occasion sans précédent pour étudier les méthodes et les techniques utilisées dans l’emballage d’une momie royale. Cependant, les couches de lin les plus extérieures étaient très fragiles. Carter note dans son journal que le versement des onguents en excès sur la momie a causé l’humidité dans le sarcophage intérieur. Ces onguents ont subi une réaction chimique, caractérisée par Carter comme une sorte de combustion spontanée lente, qui a carbonisé les emballages de lin.

La combinaison de la chaleur avec l’humidité a eu un effet négatif sur la momie. « Carter était pressé à tout découvrir », indique Saleh, déplorant les crimes commis par Carter et Derry, surtout que ce dernier commença à couper les bandelettes de la momie du jeune roi et c’est Carter qui démaillota la momie, enveloppée dans 13 couches de bandelettes. Il dut parfois détacher au ciseau la couche d’argent durcie qui adhérait aux membres. De même, l’égyptologue Mansour Boreik ajoute que Carter a dû chauffer des couteaux en cuivre et des tournevis et les a passés au-dessous du masque, ce qui a causé le détachement de la tête du roi de son corps. « Suite à ces actes irresponsables et l’arrachement de 143 pièces fixées sur la momie, dont le masque et les bijoux, le corps était divisé en parties », retrace Boreik. Il ajoute que si Carter n’était pas archéologue et ne savait pas comment traiter une momie fragile, Douglas, le médecin, et son équipe auraient dû le savoir, assurant que l’oreille droite trouée et le pénis de Toutankhamon, bien qu’ils soient protégés par un étui en or comme les doigts et les orteils, ont été perdus pour toujours.

Pour sa part, Saleh explique que la violence exercée par Carter sur la momie est due à ce que l’embaumement du roi était dur parce que les procédures de la momification de Toutankhamon ont été faites rapidement. « Suite à la mort subite du roi, le corps de Toutankhamon a été momifié à la hâte. Les embaumeurs ont dû verser trop de résine, d’huiles saintes et une dose excessive d’onguents, avant d’entourer le corps momifié avec des bandelettes en lin et ensuite placer les bijoux et le masque. Ces matières collantes se sont endurcies au cours des siècles sur la momie, les bandelettes en lin et le masque, ce qui a rendu leur détachement difficile », conclut Saleh.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique