Mardi, 25 juin 2024
Dossier > NATIONS - UNIES >

A l’Onu, l’Egypte étale sa vision

May Al-Maghrabi , Mercredi, 28 septembre 2022

Changement climatique, crise alimentaire, paix régionale. Tels sont les dossiers prioritaires que l’Egypte a exposés à la 77e session de l’Assemblée générale. Bilan.

A l’Onu, l’Egypte étale sa vision
Dans son discours à la tribune de l’Assemblée générale, Sameh Choukri a souligné que l’Egypte travaille pour un monde stable.

Le ministre des Affaires étrangères et président désigné de la 27e session de la Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP27), Sameh Choukri, est à New York accompagné d’une délégation de haut niveau pour assister aux réunions de haut niveau de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations-Unies qui ont débuté le 20 septembre. Les défis abordés par l’assemblée, avec en tête le changement climatique, les crises alimentaires et énergétiques mondiales, la crise russo-ukrainienne et les aspirations à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) sont des dossiers sur lesquels le ministre des Affaires étrangères a exprimé la vision de l’Egypte lors de son discours prononcé samedi 24 septembre à la tribune de l’Assemblée générale, mais aussi lors de ses rencontres avec des dirigeants des pays du monde participant à l’événement et sa participation aux réunions tenues en marge de l’Assemblée générale.

« La session actuelle se déroule à un moment très critique alors que nous assistons à une myriade de crises faisant monter la tension à un niveau sans préavis. Ce qui nécessite un travail sérieux destiné à activer la diplomatie du multilatéralisme sous l’égide des Nations-Unies », a déclaré Choukri, ajoutant que la tenue de l’Assemblée générale est une occasion pour l’Egypte d’étaler sa vision sur les moyens de faire face aux défis frappant le monde. Selon lui, le système onusien envisage toujours des difficultés à formuler une position internationale influente soutenant la paix, la stabilité internationale et le développement. Il a notamment critiqué les « deux poids deux mesures » dont fait preuve l’Onu dans la gestion des crises similaires, tout en affirmant que l’Egypte soutient la demande des pays africains de réformer le Conseil de sécurité.

Plusieurs dossiers régionaux et internationaux

Concernant la gestion des répercussions de la guerre en Ukraine qui a exacerbé la crise économique mondiale et a accablé les pays en développement d’énormes dettes, Choukri a appelé à lancer une initiative mondiale entre les pays créanciers et débiteurs, selon laquelle la dette sera remplacée par des investissements aux pays endettés. Concernant la crise alimentaire mondiale, Choukri a appelé au lancement d’une stratégie globale pour y faire face, estimant qu’elle est « le résultat de l’échec de la communauté internationale à atteindre les ODD, alors qu’un citoyen africain sur cinq souffre de la faim », a-t-il alerté, proposant que l’Egypte devienne « un centre international de stockage des céréales » vu sa situation géographique distinguée.

Sur la sécurité hydrique, Choukri a fustigé « les pays en amont qui exploitent unilatéralement les fleuves transfrontaliers sans tenir compte ni des droits des pays en aval ni des principes du droit international », faisant référence au grand barrage éthiopien de la Renaissance. « Quiconque pense que le rattachement de l’Egypte aux moyens pacifiques de règlement des conflits liés à l’eau est une faiblesse se trompe. L’Egypte ne cédera pas à ses droits », a alerté Choukri, réitérant la demande de l’Egypte et du Soudan que l’Ethiopie signe un accord juridiquement contraignant sur l’exploitation du barrage. Il a aussi appelé la communauté internationale, y compris l’Onu et le Conseil de sécurité, à faire respecter le droit international.

Par ailleurs, incitant la communauté internationale à faire des efforts pour assurer un résultat positif à la 27e session de la Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP27) qui aura lieu en Egypte en novembre prochain, Choukri a appelé les grandes puissances mondiales à respecter leurs engagements et à soutenir les pays en développement dans leurs efforts pour faire face aux effets dévastateurs du changement climatique. « La capacité de la communauté internationale à mettre en oeuvre les objectifs de l’Accord de Paris est étroitement liée aux résultats concrets de la conférence de Charm Al-Cheikh », a souligné Choukri, appelant à consacrer un financement annuel de 100 milliards de dollars pour l’adaptation climatique des pays sous-développés.

« Parvenir à des solutions cruciales aux crises régionales est le pilier de la sécurité internationale », comme a affirmé Choukri. Sur la cause palestinienne, il a réaffirmé le plein soutien de l’Egypte à la solution à deux Etats impliquant la création d’un Etat palestinien sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale. Par ailleurs, il a fait savoir que l’Egypte travaille avec ses voisins pour résoudre les crises en Syrie, au Yémen et en Iraq d’une manière qui préserve leur souveraineté et leur unité. En ce qui concerne la Libye, il a affirmé le soutien du Caire aux efforts déployés pour organiser des élections présidentielle et parlementaires. En revanche, il a souligné la nécessité du départ des forces étrangères et des mercenaires et du démantèlement des milices en Libye.

Selon les observateurs, l’intérêt accordé par l’Egypte à la participation à ce rassemblement international important est motivé par sa volonté de promouvoir une action internationale multilatérale apte à apporter des solutions politiques aux crises régionales et internationales.

 

Les plus importantes rencontres de Choukri à New York

France : Choukri s’est entretenu avec son homologue française, Catherine Colonna, sur des dossiers bilatéraux et régionaux. Il lui a exprimé le souhait de l’Egypte que la France, sous sa présidence du Conseil de sécurité de l’Onu, soutienne les efforts de l’Egypte visant à instaurer la stabilité régionale.

Etats-Unis : Le 22 septembre, Choukri a rencontré les représentants d’organisations juives américaines. Célébrant cette année le centenaire des relations diplomatiques entre l’Egypte et les Etats-Unis, les deux côtés ont souligné l’importance de développer les relations bilatérales dans tous les domaines.

Russie : Choukri a rencontré, le 21 septembre, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et lui a confirmé la position de l’Egypte appelant à résoudre la crise avec l’Ukraine via les canaux diplomatiques.

Japon : Choukri a rencontré, le 22 septembre, Yoshimasa Hayashi, ministre des Affaires étrangères du Japon. Il a exprimé l’appréciation de l’Egypte pour les contributions japonaises à l’appui des programmes de développement au pays. Les deux ministres ont également discuté de la crise ukrainienne, des crises alimentaire et énergétique, ainsi que des préparatifs de la 27e session de la COP27, accueillie et présidée par l’Egypte.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique