Mardi, 28 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Pour une protection du patrimoine

Doaa Elhami , Mercredi, 27 juillet 2022

Pour préserver son patrimoine, l’Egypte a présenté et prépare plusieurs dossiers pour une inscription sur les listes de l’Unesco. Focus sur les principaux dossiers.

Pour une protection du patrimoine

Dans le but de protéger son patrimoine culturel et naturel, matériel et immatériel, l’Egypte, à travers ses divers ministères, déploie de grands efforts pour inscrire ses trésors sur les registres de l’Unesco. Certains sites sont déjà inscrits sur la liste indicative et leurs dossiers ont été récemment soumis à l’Unesco pour les transférer sur la liste définitive du patrimoine naturel mondial, comme la zone de Gabal Qatrani au Fayoum, alors que d’autres dossiers sont en cours de révision à l’instar de celui des monastères de Wadi Al-Natroun. Une troisième catégorie de dossiers est présentée sur la liste du patrimoine culturel immatériel, comme la plantation et la fabrication du papyrus, ou les traditions pratiquées dans les différents sites du circuit de la Sainte Famille.

Gabal Qatrani

La zone de Gabal Qatrani dans le gouvernorat du Fayoum est riche par ses trésors naturels, notamment géologiques. « Pendant 150 ans, les missions allemandes, anglaises et américaines ont indiqué la présence de plus de 100 sites de fossiles vertèbres au sein de Gabal Qatrani », souligne le paléontologue Guébeili Aboul- Kheir, membre du dossier scientifique présenté à l’Unesco pour ajouter cette zone à la liste du patrimoine naturel. La carrière L41, qui renferme une grande quantité des mâchoires d’hyrax, est l’un de ces points indiqués. « Les paléontologues estiment que cette carrière renferme à elle seule 27 000 mâchoires d’hyrax avec ses multiples races », renchérit le paléontologue, ajoutant que Gabal Qatrani conserve aussi les fossiles des ancêtres des singes, des éléphants, des hippopotames et des crocodiles, ainsi que les fossiles des grandes tortues. Notons que Gabal Qatrani était un chantier fertile pour les paléontologues mondiaux depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Ils y ont trouvé plus de 40 000 fossiles exposés actuellement dans différents musées mondiaux. Gabal Qatrani est ainsi considérée comme la plus importante forêt pétrifiée du monde entier.

Monastères de Wadi Al-Natroun

Un dossier comprenant les monastères de Wadi Al-Natroun, situés à 75 km au nordouest du Caire, est présenté à l’Unesco par le ministère du Tourisme et des Antiquités. Les experts de l’Unesco ont fait quelques remarques aux autorités égyptiennes demandant la restauration archéologique des anciennes églises des monastères, dont la plupart sont bâtis au IVe siècle. Ces monastères sont Abou-Maqqar (saint Makaire), Baramous, Souriane et Bichoy. A savoir que la vie monastique y est en pleine activité depuis cette époque lointaine.

Le papyrus

Le papyrus, inventé il y a plus de 5 000 ans en Egypte, est aujourd’hui en voie de disparition. Les habitants du village Qaramos dans le gouvernorat de Charqiya, en Basse- Egypte, sont les seuls à cultiver et fabriquer le papyrus jusqu’à nos jours. Le ministère du Tourisme et des Antiquités a ainsi présenté un dossier pour inscrire cette activité historique et patrimoniale, en voie de disparition, sur la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. « C’est une sauvegarde financée par l’Unesco pour protéger la fabrication du papyrus de la disparition », souligne Ahmed Al-Nemr, au bureau scientifique du ministère du Tourisme et des Antiquités. Cette inscription est une première étape pour son inscription finale sur la liste du pa trimoine immatériel.

Traditions artistiques

Le ministère du Tourisme et des Antiquités a présenté aussi un dossier comprenant les différentes traditions pratiquées dans les 25 stations du circuit de la Sainte Famille. « Des spécialistes de l’Institut supérieur des arts populaires, de l’Académie des arts, en coopération avec des chercheurs du ministère de la Culture, sous la supervision du ministère du Tourisme et des Antiquités, ont documenté les différents types de célébrations liés à l’entrée de la Sainte Famille le 24 bachans du calendrier copte (1er juin) en Egypte », explique Moustapha Gad, doyen de l’Institut des arts populaires à l’Académie des arts. Tous ces documents composent le dossier présenté pour l’inscrire sur la liste du patrimoine immatériel de l’Unesco.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique