Mercredi, 28 février 2024
Dossier > Forum de la jeunesse >

Forum de la jeunesse, la force douce de l’Egypte

Ola Hamdi , Ola Hamdi , Mardi, 11 janvier 2022

Après deux années de suspension en raison de la pandémie, la quatrième édition du Forum Mondial de la Jeunesse (FMJ) s’est tenue du 10 au 13 janvier à Charm Al-Cheikh. Au centre des discussions : la paix, le développement et la créativité.

Forum de la jeunesse, la force douce de l’Egypte

Charm Al-Cheikh,

De notre envoyée spéciale —

Les regards sont tournés vers Charm Al-Cheikh. C’est dans cette station balnéaire de la mer Rouge que se déroule du 10 au 13 janvier la quatrième édition du Forum Mondial de la Jeunesse (FMJ), sous l’emblème Back Together (ensemble à nouveau). « Le forum est devenu une plateforme de dialogue entre les jeunes et un outil pour échanger les visions entre les pays du monde entier, en particulier à ce moment décisif de l’Histoire humaine, qui nous oblige à prendre conscience de l’importance du dialogue et à gérer les différences entre nous. L’humanité ne peut surmonter le défi de sa survie et ses crises actuelles que par la sincérité des intentions, la fin des conflits, la gestion de la différence et le travail », a déclaré le président Abdel-Fattah Al-Sissi avant de donner le coup d’envoi de la quatrième édition du Forum. Des jeunes de différentes nationalités (196 pays), couleurs, religions, idéologies et cultures ont été invités à échanger leurs expériences et leurs points de vue durant les quatre jours du forum. Cette nouvelle édition s’est focalisée sur 3 axes principaux, à savoir la paix, le développement et la créativité.

Une plateforme de dialogue

La reprise du forum intervient après deux années de suspension en raison de la pandémie. Les trois éditions précédentes, 2017, 2018 et 2019, avaient réalisé un grand succès au niveau international. C’est pourquoi, le Forum mondial de la jeunesse a été reconnu en février dernier par l’Onu comme étant « une plateforme internationale de dialogue ». En avril 2017, lors de la Conférence nationale de la jeunesse, un groupe de jeunes avait proposé l’idée de faire de cette conférence une plateforme de dialogue avec leurs homologues du monde entier. Depuis, le Forum mondial de la jeunesse réunit un large éventail de participants : des chefs d’Etat et de gouvernement, de jeunes dirigeants internationaux, des jeunes inspirants dans divers domaines, des personnalités internationales et des groupes de jeunes du monde entier. Le forum a mis en place des mesures sanitaires très strictes. Chaque participant doit faire un PCR toutes les 48 heures pour s’assurer que personne n’a contracté le Covid-19. Les participants portent des bracelets de couleurs différentes sur leurs poignets en guise de preuve que le PCR a été fait. De même, il y a un centre médical et une unité d’urgence mobile dans chaque côté du centre des conférences, afin de fournir l’assistance médicale nécessaire aux invités.

Importantes nouveautés

Forum de la jeunesse, la force douce de l’Egypte

Il y avait beaucoup de nouveautés cette année. Pour la première fois, on a utilisé des robots pour accomplir différentes tâches comme la stérilisation. Ces robots informent le comité d’organisation des lieux les plus pollués. D’autres robots interactifs interagissent avec les délégations et leur fournissent les informations qu’elles demandent. En même temps, ils surveillent la température des invités et alertent les organisateurs en cas de symptômes ou d’élévation de la température de l’un des participants. Il y a aussi des robots de service. Ils se déplacent en continu dans la salle de la conférence et donnent aux participants les désinfectants et les masques. Autre nouveauté : le forum se tient pour la première fois en format hybride pour donner l’occasion aux jeunes qui n’ont pas eu la chance de participer de suivre les séances via le site http://virtual.wyfegypt.com. En outre, le Forum a accordé cette année une place importante à l’entrepreneuriat et aux startups.

Le pavillon du projet Rowad 2030 (pionniers 2030) s’est particulièrement distingué. Rowad est un projet qui vise à soutenir la jeunesse égyptienne, à diffuser la culture de l’entrepreneuriat. Le forum a également témoigné de la création des WYF Labs, l’une des recommandations du Forum de la jeunesse 2018, et qui visent à réunir de jeunes gens avec de jeunes hommes d’affaires du monde entier, afin d’identifier les opportunités d’investissement. Le ministère de l’Immigration et des Affaires des Egyptiens à l’étranger a organisé une exposition en marge du Forum pour passer en revue les initiatives lancées par le ministère et visant à rassembler les Egyptiens expatriés et à les rattacher à leur patrie. Il s’agit des initiatives présidentielles « Parle arabe », « Bateaux de survie » et « L’Egypte peut le faire ».

Un programme varié

Le programme du Forum est riche et varié. Deux jours avant l’ouverture officielle, des ateliers préparatoires ont été organisés pour débattre de thèmes tels que l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les Objectifs de Développement Durable (ODD), l’avenir du continent africain, la transformation numérique ainsi que l’opinion des jeunes de la génération Z sur le monde post-Covid (voir page 5). Ces ateliers ont donné lieu à une initiative visant à former un million d’enseignants africains aux compétences pédagogiques dans le monde post-pandémique.

Appel au changement

Forum de la jeunesse, la force douce de l’Egypte

« Tout le monde est d’accord que malgré la gravité de l’épreuve du Covid-19, cette pandémie a mis en lumière l’importance de renforcer la communication et d’offrir plus d’opportunités aux jeunes du monde entier », a déclaré le président Abdel-Fattah Al-Sissi lors de son discours à la séance principale du Forum tenue sous le titre : « La pandémie de coronavirus, une sonnette d’alarme pour l’humanité et un nouvel espoir ». Un certain nombre de hauts responsables et des invités participant au forum ont assisté à la séance : le président palestinien, Mahmoud Abbas, le premier ministre libanais, Najib Mikati, et son épouse, ainsi que le prince héritier de la Jordanie, Hussein bin Abdallah. En outre, un certain nombre de célébrités sont apparues via la technologie des hologrammes, comme le célèbre physicien Albert Einstein, Mère Teresa et Jalal al-Din Rumi. Selon Gareth Bailey, ambassadeur du Royaume-Uni au Caire, « Le forum est une occasion en or pour établir un dialogue approfondi sur les défis mondiaux ». « Construire un avenir meilleur commence aujourd’hui. Alors, aux jeunes qui participent à ce forum, je dis : continuez à vous exprimer. Continuez à identifier les solutions et les actions dont nous avons besoin pour nous relever », a déclaré pour sa part Antonio Guterres, secrétaire général des Nations-Unies. Selon le chef de l’Onu, le thème sous lequel est placé le Forum, « Ensemble à nouveau : le monde après le Covid-19 », est un rappel qu’il n’y a plus de temps à perdre. « La construction de l’avenir commence aujourd’hui », a ajouté Guterres, avant de déclarer qu’il était impatient de connaître les résultats du forum et de travailler avec les participants pour façonner un avenir meilleur, au-delà de la pandémie.

Soft power

Forum de la jeunesse, la force douce de l’Egypte

Selon Dr Ahmed Sayed Ahmed, ce forum fait partie désormais de la « Soft Power égyptienne ». « C’est une forme de diplomatie qui vise à présenter les transformations importantes qui se produisent en Egypte à travers les jeunes du monde », ajoute Sayed Ahmed. La tenue de ce forum dans un contexte de crise sanitaire confirme aussi que l’Egypte est capable à la fois de maintenir la sécurité, de contrôler la situation pandémique et de créer des canaux de dialogue et de débat sur des questions prioritaires importantes, c’est ce qu’explique Dr Tareq Fahmy, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, qui estime que « ces forums reflètent une image claire de ce qui se passe en Egypte en termes de développement et de stabilité politique ». « La politique d’autonomisation des jeunes en Egypte a commencé très tôt. Un grand nombre de jeunes a été nommé au pouvoir exécutif comme assistants des gouverneurs ou des ministres. Les jeunes, locomotive de l’avenir, ont désormais un rôle important à jouer dans la nouvelle République », conclut Sayed Ahmed.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique