Mardi, 27 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Campagne pour faire revenir les touristes

Dalia Farouq, Mardi, 27 août 2013

Après les événements du 30 juin, certains pays comme l'Angleterre ou l'Italie ont déconseillé à leurs ressortis­sants de se rendre en Egypte. Mais le ministère du Tourisme insiste sur la sécurité des sites touristiques égyptiens et demande à ces pays deretirer leurs consignes.

voyage1

Après les manifestations du 30 juin, de nombreux pays ont déconseillé à leurs ressortissants de se rendre en Egypte. Parmi eux, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie, la Pologne et la France, qui envoient de nombreux touristes dans le pays. « Ma première mission a été de convaincre les pays pourvoyeurs de touristes d’annuler les consignes données à leurs citoyens de ne pas se rendre en Egypte. Ces consignes sont l’une des raisons de la chute du tourisme en Egypte depuis la fin du mois de juin dernier. Celui-ci a régressé de plus de 35 % par rapport à la même période de l’année passée », explique Hicham Zaazoue, ministre du Tourisme. Ces pays ont même renforcé leurs consignes après l’évacuation, le 14 août, des deux sit-in pro-Morsi de Rabea Al-Adawiya et d’Al-Nahda, et les confrontations sanglantes qui l’ont suivie.

Quand un gouvernement déconseille à ses citoyens de se rendre dans un pays donné, certains touristes continuent quand même à s’y rendre en engagent par écrit leur responsabilité personnelle. Les agences de voyages refusent de payer l’assu­rance habituelle en cas de voyage à but touristique. « Ceci affecte beaucoup la décision de voyage pour le touriste qui préfère sans doute passer son séjour paisiblement dans un pays où il est assuré contre tout accident ou même contre tout imprévu comme l’annulation du voyage », ajoute Zaazoue, qui essaie depuis son arrivée au ministère de faire annuler les consignes données par certains pays à leurs ressortissants de ne pas se rendre en Egypte.

C’est dans ce contexte que le ministre a eu des entretiens avec les ambassadeurs en poste au Caire, notamment ceux d’Allemagne, d’Italie, de Pologne, de France, et plus récemment avec l’ambassadrice de Suède en Egypte pour leur clarifier la situation et les rassurer vis-à-vis de la sécurité de leurs tou­ristes, en insistant sur le fait que les sites touris­tiques et les stations balnéaires d’Egypte sont très loin des zones de tensions politiques. « La réaction des ambassadeurs a été favorable. Ils ont promis de discuter avec leur gouvernement pour annuler ces consignes. Des pays comme l’Italie et l’Allemagne ont exclu de ces consignes les stations balnéaires de la mer Rouge et de la Côte-Nord, et ont consi­déré ces régions comme des zones sûres loin de toutes perturbations », reprend Zaazoue.

Experts en sécurité

Dans le même contexte, le ministre du Tourisme a invité les différents pays fournisseurs de touristes en Egypte à envoyer des experts en sécurité sur les sites touristiques, archéologiques et balnéaires pour évaluer de près les mesures de sécurités prises par le gouvernement égyptien. « Ces pays avaient envoyé des experts en sécurité pour juger la situa­tion après l’attentat de Louqsor en 1997 qui avait fait plus de 70 victimes de différentes nationalités. Les rapports rédigés par ces experts ont eu un grand impact sur la reprise du tourisme en Egypte et pour mettre fin à la crise dont souffrait aussi le secteur », se souvient Elhami Al-Zayat, président de l’Union des Chambres du tourisme et d’hôtelle­rie. Selon lui, une délégation du ministère du Tourisme et de l’Union des Chambres de tourisme devrait se rendre d’ici quelques semaines dans ces pays pour s’entretenir avec les responsables du tourisme. Objectif : clarifier la situation et rassurer les tour-opérateurs et les responsables du tourisme dans ces pays.

La Russie n’a pas perdu de temps. Elle a envoyé des experts en sécurité à Charm Al-Cheikh et à Hurghada pour examiner les mesures de sécurité en place sur les sites touristiques de ces deux stations balnéaires très fréquentées par ses ressortissants. « Le rapport de ces experts a été rassurant, ce qui a poussé la Russie à ne pas donner de consignes à ses ressortissants de ne pas se rendre en Egypte », indique Al-Zayat. Les spécialistes de l’agence russe du tourisme Rostourism estiment que la situation est calme dans les stations balnéaires égyptiennes. Le ministère russe des Affaires étrangères ne sug­gère pas non plus aux touristes d’annuler leur voyage pour l’Egypte. Cependant, il n’est pas recommandé aux Russes de se rendre au-delà des zones balnéaires. Et si les agences touristiques russes affirment que les touristes russes désirent toujours prendre des vacances en Egypte, leur nombre diminue alors que de nombreux hôtels d’Hurghada et de Charm Al-Cheikh cassent leurs prix pour remplir les chambres .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique