Dimanche, 14 avril 2024
Enquête > Enquéte >

Vie décente : Les quatre piliers d’une vie décente

Nada Al-Hagrassy, Mardi, 27 juillet 2021

Le projet « Hayah Karima » mise sur quatre piliers essentiels qui visent à développer la campagne et investir dans le capital humain. Tour d’horizon.

Les quatre piliers d’une vie décente

I. Améliorer les infrastructures essentielles

Les quatre piliers d’une vie décente

— Eau potable et drainage sanitaire : Il s’agit tout d’abord de remplacer 3 000 km2 des tuyaux délabrés afin d’installer de nouveaux réseaux de drainage sanitaire et de distribution d’eau potable. Le projet compte augmenter le taux des villages bénéficiant des réseaux de drainage sanitaire de 18 à 100 %, soit 1 143 villages, ainsi que l’installation de 51 stations d’épuration d’eau souterraine, couvrant environ 1 051 villages.

— Energie propre : De nouveaux services font aussi leur entrée pour la première fois dans la campagne égyptienne. Il s’agit d’installer des réseaux de distribution pour acheminer le gaz naturel à 1 337 villages. Ce qui ouvre des possibilités d’investissements dans le milieu rural et encourage la construction des usines ainsi que la création des stations-service de gaz naturel.

— Electricité : L’ancien réseau électrique sera complètement changé, et ce, après l’installation de 17 000 transformateurs, 95 distributeurs à moyenne tension ainsi que la mise en place de 624 000 poteaux d’électricité de moyenne et de basse tension. Plus de 4,5 millions de compteurs prépayés seront également placés dans les habitations.

— Réhabilitation et revêtements des canaux : La première phase du projet compte réhabiliter et revêtir 2 500 km2 de canaux. 37 % ont déjà été achevés, soit 900 km2. Il est planifié de réhabiliter et de revêtir encore 2 450 km2 de canaux.

— Services gouvernementaux : Il s’agit de créer des complexes gouvernementaux dans chaque unité locale, soit 333 complexes de services totalement informatisés renfermant des bureaux de poste, d’immatriculation immobilière, du registre d’état civil.

— Facilités agricoles : « Vie décente » compte créer 333 complexes agricoles où le paysan peut facilement trouver tous les services dont il a besoin. Le projet compte également créer 326 unités coopératives, 313 unités vétérinaires, 300 centres d’orientations et 51 centres de collecte des produits laitiers.

— Routes, ponts et ferries : 2 047 routes ont été pavées pour relier les villages. Soit une distance de 14 500 km2. 11 500 km2 ont été asphaltés alors que les travaux pour réhabiliter 2 700 km2 d’autoroute sont actuellement en cours pour relier les villages aux centres. L’Etat compte également créer 617 ponts dont 470 consacrés à la traversée des voitures et 147 passerelles pour piétons. Le projet vise aussi à réhabiliter et à moderniser 80 ferries en collaboration avec l’Organisme du Canal de Suez, le secteur privé et les habitants.

II. Investir dans le capital humain

Les quatre piliers d’une vie décente

— Ecoles : L’Etat compte moderniser l’infrastructure scolaire dans la campagne égyptienne, et ce, en construisant 14 000 nouvelles classes destinées au cycle primaire, afin de résoudre le problème des densités et faire face aux centres d’apprentissage privés. De plus, 400 classes intelligentes seront créées, selon le concept des espaces intelligents. Il vise aussi à développer la capacité des 25 % des établissements scolaires en état critique, soit 1 249 bâtiments scolaires. Sans oublier l’évolution des programmes scolaires. Il s’agit d’introduire pour la première fois des programmes scolaires destinés à la période pré-jardin d’enfants. Quant à l’éducation technique, elle sera dotée de 3 646 nouvelles classes.

— Services sanitaires : L’Etat compte installer tout un réseau complet de services sanitaires aux villages. Il s’agit de créer 24 hôpitaux, 1 374 unités sanitaires, 398 points d’ambulances, l’envoi de 1 000 convois médicaux et l’installation de 52 centres d’aides familiales.

— Culture et sport : Le projet « Vie décente » accorde une grande importance à la jeunesse tant sur le plan physique qu’intellectuel. Ainsi, le projet compte fonder et développer 945 centres de jeunesse, élargir la capacité de 674 déjà existants et créer 271 nouveaux centres. Sur le plan intellectuel, une initiative intitulée « Ton kiosque ton livre » a été lancée. L’art occupe une place importante. Des troupes de théâtre ambulant seront autorisées à présenter leur performance en plein air.

III. Les interventions communautaires

Les quatre piliers d’une vie décente

— Développer la famille : « Vie Décente » planifie la création de classes d’alphabétisation pour les femmes, de centres d’apprentissage pour former les familles productives en installant 200 ateliers de couture. 20 cliniques de planning familial vont ouvrir leurs portes pour sensibiliser les femmes sur les dangers de l’explosion géographique.

— Offrir un logement décent : Il s’agit de réhabiliter et de construire des logements décents à tous les bénéficiaires du projet. La première phase du projet vise à réhabiliter 120 000 maisons couvrant 52 centres ruraux répandus dans 20 gouvernorats et de construire 360 000 logements avec un coût estimé à 72 milliards de L.E.

— Prendre soin des handicapés : En collaboration avec le ministère de la Santé, le projet installe 20 centres pour fournir des services et soins aux personnes souffrant d’un handicap

IV. Développement économique et création d’emplois

Les quatre piliers d’une vie décente

— Petits et moyens projets : Une somme de 1,4 milliard de L.E. a été consacrée pour financer les moyens, petits et microprojets au cours de la première phase du projet. Outre le financement économique, d’autres aides nécessaires afin de garantir la réussite de ces projets seront octroyées, comme l’entraînement de la main-d’oeuvre, la réalisation des enquêtes du terrain, effectuer des études de faisabilité, évaluation et suivi de l’évolution des projets.

— Complexes artisanaux : Le projet vise la mise en place de petits complexes artisanaux dans chaque unité locale, soit un total de 333 complexes. Ces complexes doivent se situer au centre du village assez proche des autoroutes pour y faciliter l’accès. C’est pourquoi l’enseignement technique des jeunes des villages figure parmi les axes prioritaires de ce plan.

— Entraînement : Il s’agit de répandre la culture numérique en entraînant 1 600 jeunes, soit 150 personnes dans chaque village seront entraînées au travail via les plateformes digitales et sites électroniques.

— Inclusion financière : Il s’agit d’informatiser toutes les activités économiques et financières à travers la multiplication des distributeurs et machines électriques de payement et de remboursement des frais. Plus de 1 000 distributeurs électriques seront placés dans les bureaux de poste et dans les banques ainsi que les machines de payement électrique.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique