Dimanche, 26 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Syrie : L’Unesco allonge sa liste de monuments menacés

Nasma Réda, Lundi, 22 juillet 2013

Le Krak des Chevaliers, un château fort médiéval situé dans la province de Homs, a été gravement touché par les combats en Syrie. L'Unesco a décidé de le classer sur sa liste du patrimoine en péril.

syrie
(Photos: Reuters)

Depuis plus de deux ans, le patrimoine syrien est victime de la guerre civile, avec la menace de sa destruction complète. Classés il y a des dizaines d’années au patrimoine mondial de l’Unesco, le sort des monuments du pays est en effet très préoccupant.

L’organe culturel des Nations-Unies vient ainsi d’inscrire six sites syriens à sa liste du patrimoine en péril, lors de la tenue de la 37e session annuelle du Comité du patrimoine mondial, le 27 juin dernier au Cambodge. C’est que le Krak des Chevaliers, le plus célèbre fort croisé de Syrie, a été endommagé par un bombardement le 13 juillet dernier. Cette citadelle inscrite au patrimoine mondial depuis 2006 est située dans la province centrale de Homs où les combats font rage entre troupes gouvernementales et rebelles.

Les responsables de l’Unesco aimeraient bien voir ces atteintes et destructions de plus près, mais les permissions sont impossibles à obtenir. Selon les agences, ces derniers raids ont été vraisemblablement lancés d’un hélicoptère ou d’un avion militaire, la trajectoire du projectile étant verticale, une tour apparaît touchée de plein fouet par l’explosion qui a provoqué une fumée épaisse.

L’intérieur de la forteresse montre un trou béant dans un plafond ainsi que des décombres. « C’est une vraie catastrophe. On est en train de perdre notre histoire », explique Mohamad Al-Kahlaoui, professeur des antiquités et président de l’Union des archéologues arabes. Les cris d’indignation de certains accusent le président syrien Bachar Al-Assad de ces destructions. « Ô monde, regardez, c’est Bachar Al-Assad qui bombarde le Krak des Chevaliers », entend-on parfois.

Pas de confirmation

L’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), une ONG s’appuyant sur un réseau de militants et de sources médicales et militaires en Syrie, n’était pas en mesure de confirmer le raid, mais rapporte que trois frappes ont touché la zone où se situe le Krak des Chevaliers. En effet, les combats dans et autour de la forteresse durent depuis le début du conflit en Syrie en 2011.

Le fort a été construit à partir de 1031 par les Abbassides, une dynastie de califes arabes. En 1142, au temps des Croisades, le château est confié à l’ordre des Hospitaliers qui construit plusieurs ouvrages défensifs. C’est de cette époque que date le nom de Krak des Chevaliers.

L’Unesco a donc tiré l’alarme, en inscrivant sur la liste du patrimoine mondial en danger six sites historiques syriens menacés par les combats. La ville d’Alep qui est la première concernée par cette décision. « Cette région a subi des dommages considérables », a estimé l’organisation. La deuxième ville du pays est au coeur des affrontements entre le régime de Bachar Al-Assad et les rebelles syriens depuis le mois de mars 2011. Pendant deux ans, elle a été la cible de bombardements qui ont détruit une grande partie des bâtiments et des monuments.

Dans les documents préparatoires à la réunion, l’Unesco a noté que les informations sur les destructions étaient « partielles » et provenaient de sources pas toujours vérifiables, comme les réseaux sociaux, ainsi que d’un rapport des autorités syriennes qui « ne reflète pas nécessairement la situation réelle dans son ensemble ».

« En raison de la situation de conflit armé, les conditions ne sont plus réunies pour assurer la conservation et la protection de la valeur universelle exceptionnelle des six biens », en question, souligne l’Unesco.

Alep en danger

En avril, le minaret de la mosquée des Omeyyades, joyau historique d’Alep, au nord de la Syrie, autour duquel se sont déroulés de violents combats pendant des mois, s’était effondré. La mosquée, construite au VIIIe siècle et rebâtie au XIIIe siècle, avait déjà subi d’importants dommages à l’automne 2012. En septembre de la même année, le souk d’Alep, avec ses boutiques parfois centenaires aux portes de bois, avait été partiellement détruit par les flammes. La citadelle a également été endommagée. Des fouilles clandestines ont aussi été rapportées sur plusieurs sites.

Depuis le début des combats, l’Unesco a plusieurs fois appelé les belligérants à épargner le patrimoine culturel du pays et a alerté la communauté internationale sur le risque de trafic d’objets culturels.

Un groupe d’activistes syriens nommé « Protect Syrian Archeology » a appelé le 12 juillet dernier toutes les institutions spécialisées à intervenir afin de protéger la mosquée de Khaled Ibn Al-Walid à Homs des bombardements agressifs depuis 14 jours. C’est un monument historique datant de l’époque ottomane, qui est sur le point d’être complètement détruit. « De grâce, agissez pour sauver ce monument ! Inutile de déplorer sa destruction. Bientôt, il sera trop tard », hurlent-ils.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique