Samedi, 02 mars 2024
Dossier > Dossier >

Assouan, ville ouverte sur l’Afrique

Dalia Farouk, Mardi, 17 décembre 2019

Assouan, aussi appelée « La Perle du sud », a accueilli au cours des dernières années de nombreux événements africains. Profitant du tourisme de conférences, la ville est en passe de retrouver son rayonnement culturel et touristique d’antan.

Assouan, ville ouverte sur l’Afrique
En marge du Forum de la paix, le Centre culturel africain a ouvert ses portes à Assouan.

Ville charnière entre la Nubie et le Soudan, Assouan — ou « Sono », comme on l’appelait dans l’Antiquité —, est la porte de l’Egypte vers le reste de l’Afrique. Sono, qui signifie « le marché », était en réalité un centre commercial entre l’Asie et l’Afrique. Toutes les grandes routes commerciales et pistes caravanières y aboutissaient. Raison pour laquelle cette ville, appelée aussi « La Perle du sud » a été choisie pour accueillir le Forum d’Assouan pour la paix et le développement durables, tenu les 11 et 12 décembre.

« Aujourd’hui, je suis heureux de vous accueillir tous à l’occasion de l’ouverture de la première session du Forum d’Assouan pour la paix et le développement durables. Ce forum, qui commence aujourd’hui dans la ville d’Assouan, le pont sud de l’Egypte vers le continent, et l’éternel point de passage du Nil, qui coule du coeur de l’Afrique aux artères de l’Egypte comme un lien éternel, incarne la fraternité, assure l’unité du destin et mêle les espoirs de nos peuples africains ». C’est par ces mots que le président Abdel-Fattah Al-Sissi a accueilli les participants du Forum d’Assouan.

Le choix d’Assouan est aussi important que significatif. « Il reflète l’intérêt accordé par l’Etat au développement de la Haute-Egypte. En outre, c’est un message que l’Egypte transmet au monde, à savoir qu’Assouan est une destination sûre, et ce, afin de promouvoir le mouvement touristique vers cette ville, qui a tant souffert du recul du nombre d’arrivées touristiques », indique Magdi Adel, membre de la Chambre du tourisme. En effet, ce n’est pas la première fois que la direction politique place Assouan au coeur de ses intérêts. Partant de son importance dans la consolidation du rôle de l’Egypte sur le continent africain, la perle de la Haute-Egypte avait été choisie pour être « la capitale de l’économie et de la culture africaine 2017 ».

En décembre 2017, au terme du « Forum national de la jeunesse », tenu également dans cette ville, le président Sissi a une nouvelle fois fait honneur à Assouan, en faisant d’elle « la capitale de la jeunesse africaine ». Enfin, cette année, quelques jours avant la tenue du Forum pour la paix, le « Centre culturel africain » a ouvert ses portes au sein du Musée du Nil, à Assouan. Ses collections représentent la culture, les coutumes et les traditions des peuples africains et des contacts ont été établis avec de nombreux pays africains pour fournir au centre les objets et le matériel nécessaires.

Promouvoir le tourisme

Pour sa part, Moetaz Al-Sayed, ex-président du syndicat des Guides touristiques, assure que la tenue de conférences internationales à Assouan a contribué à relancer le mouvement touristique vers cette ville dotée d’un fleuve accueillant, de trésors archéologiques inestimables, d’un climat modéré, surtout en hiver, et d’un peuple très hospitalier. « La plupart des hôtels d’Assouan ont affiché complet pendant le forum. Les réservations pour Noël et Nouvel An sont également prometteuses et témoignent d’une amélioration considérable dans les arrivées touristiques à Assouan en comparaison avec la même période de l’année dernière », se félicite Al-Sayed.

Considération partagée par Mohsen Azab, tour-opérateur, qui assure que le tourisme de conférences est un genre de tourisme en essor dans le monde entier. Assouan possède, en plus de ses atouts touristiques naturels, tout ce qui est nécessaire pour ce genre de tourisme, comme les transports à et depuis la ville — par voie routière, par train ou par avion —, les salles de conférences et les hôtels de toutes les catégories. « Les recettes générées par ces conférences sont très élevées. Sans oublier la publicité gratuite pour l’Egypte et ses destinations touristiques lors de la tenue de chaque conférence, grâce à la couverture médiatique internationale », indique Azab.

Ce dernier souligne qu’il faut profiter de ces conférences pour organiser des tournées sur les sites touristiques de la ville pour les participants, afin de leur faire connaître les multiples facettes du tourisme à Assouan. Riche en sites archéologiques et culturels, tels l’île d’Eléphantine, le mausolée d’Agha Khan, le Musée de la Nubie, le monastère Saint-Simonien et le nilomètre, la ville se présente aussi comme un lieu de villégiature, avec son Nil sillonné de dizaines de felouques, ses jardins aux grands hibiscus et son souk aux odeurs d’épices. « La tenue annuelle de ce forum à Assouan redonnera à cette ville magnifique sa splendeur culturelle et son rôle historique en tant que pont de l’Egypte vers l’Afrique et ouvrira, en même temps, de nouveaux horizons de coopération économique, commerciale, culturelle et touristique avec l’ensemble du continent africain », conclut Azab.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique