Lundi, 22 juillet 2024
Dossier > Dossier >

Ports du Yémen, un enjeu géostratégique

Racha Darwich, Mardi, 21 mai 2019

Etant donné leur importance stratégique et commerciale, les ports du Yémen sont au coeur des convoitises depuis le déclenchement de la guerre. Focus.

Ports du Yémen, un enjeu géostratégique
Les ports d'Aden et de Mokla ont reçu, depuis le début de la guerre, 320 000 tonnes d'aides alimentaires. (Photo : AFP)

En temps de paix comme en temps de guerre, les ports du Yémen ont joué un rôle crucial dans la vie des Yéménites, mais aussi de toute la péninsule arabique. Ils ont toujours été de grands centres de commerce sur les côtes de la mer Rouge et de la mer d’Arabie. L’importance stratégique de ces ports s’est accrue après l’inauguration du Canal de Suez en 1869, car ils se trouvent sur la route maritime internationale qui relie l’Occident à l’Orient.

Le Yémen compte 6 ports commerciaux, 3 ports pour l’exportation du pétrole et du gaz liquéfié ainsi que 8 ports locaux. Le port de Hodeïda est l’un des principaux fronts de la guerre au Yémen. Situé sur la côte ouest du pays sur la mer Rouge, il est historiquement l’un des plus grands ports commerciaux du pays vu sa proximité des lignes maritimes internationales. Le nouveau port a été construit en 1961 avec la coopération des Soviétiques. En imposant leur domination sur le port depuis octobre 2014, les Houthis ont réussi à dominer le mouvement maritime entre le Yémen et le reste du monde car le port de Hodeïda est le principal accès maritime à la capitale Sanaa. Non seulement ce port leur a assuré d’énormes rendements financiers, mais il leur a permis aussi de recevoir des armes, des missiles balistiques et le soutien logistique de l’Iran. En effet, le retrait des milices houthies de ce port coupera le bras de Téhéran au Yémen et permettra surtout l’accès du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) aux silos de blé inaccessibles depuis février dernier dans un pays qui souffre de « la pire crise humanitaire au monde ». Les Houthis devront également se retirer des ports de Salif et de Rass Issa. Salif se trouve à 60 km au nord-ouest de la ville de Hodeïda et se caractérise par sa capacité à accueillir les navires gigantesques grâce à la grande profondeur de ses eaux. Ce port reçoit les navires chargés de blé, de maïs et d’autres biens alimentaires. Il est muni de silos et d’autres équipements nécessaires au débarquement et au stockage des grains.

Quant à Rass Issa, il est l’un des plus importants ports pétroliers du Yémen, car il reçoit le pétrole du pipeline Maarab-Rass Issa dont la capacité atteint 200 000 barils par jour. Le port se caractérise également par un réservoir flottant pour le chargement des navires. En effet, dès la découverte du pétrole au Yémen dans les années 1980, Sanaa a oeuvré au développement de ses ports et à la construction de pipelines pour exporter son pétrole, mais aussi celui du Golfe vers le monde entier. Le Yémen possède d’autres ports pétroliers contrôlés par les forces loyalistes comme le port d’Al-Chohr utilisé pour l’exportation du pétrole du plus grand champ pétrolier du Yémen, Al-Mossayla, à travers un pipeline d’une capacité de 300 000 barils par jour. Situé à proximité de la ville d’Al-Chohr dans le gouvernorat de Hadramaout, le port a été entièrement modernisé en 1993. Quant au port de Belhaf situé sur la mer d’Arabie entre les villes d’Aden et de Mokla, il a été lui aussi rénové après la découverte du pétrole dans le gouvernorat de Chaboua. Les travaux ont coûté 4,5 milliards de dollars. C’est ainsi que la première cargaison de pétrole léger de Chaboua est sortie du port en 2009. A Belhaf se trouve également la plus grande installation yéménite pour l’exportation du gaz liquéfié inaugurée en 2009. A proximité du port de Belhaf se trouve le port de Bir Ali également utilisé pour l’exportation du pétrole du gouvernorat de Chaboua, vu qu’il reçoit le pétrole du pipeline Chaboua-Bir Ali dont la capacité atteint 135 000 barils par jour.

Importance commerciale

Les forces loyalistes contrôlent les ports d’Aden, de Mokla et de Makha. Ces ports ont une grande importance commerciale. Les deux premiers ont reçu depuis le début de la guerre 320 000 tonnes d’aides alimentaires. Aden est l’un des plus grands ports naturels au monde et l’un des plus importants ports commerciaux de la région du golfe d’Aden. Situé sur la côte sud du Yémen, il se trouve à près de 95 miles maritimes à l’est du détroit de Bab Al-Mandab sur la ligne maritime internationale reliant l’Orient à l’Occident. L’importance de ce port s’est accrue après l’inauguration du Canal de Suez en 1869 grâce aux services qu’il présente aux navires, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement en carburant.

Quant au port de Mokha, situé lui aussi à 75 km de Bab Al-Mandab, il a acquis une renommée mondiale dès le XVIIe siècle, car c’est à partir de ce port que sont exportés les meilleurs grains de café yéménite. Les noms des boissons Mokaccino et Capuccino sont d’ailleurs dérivés du nom de ce port. Le nouveau port a été achevé en 1978 avec l’aide d’une compagnie hollandaise. Quant au port de Mokla situé sur la mer d’Arabie, il est destiné au commerce et à la pêche et a été rénové en 1985.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique