Mardi, 28 mai 2024
Dossier > Dossier >

Une opportunité à saisir

Ola Hamdi, Mardi, 26 mars 2019

6 000 invités sont attendus au sommet cette année, soit autant de touristes potentiels. La Tunisie, qui connaît des difficultés économiques, veut profiter de l’événement pour relancer ce secteur.

Une opportunité à saisir
La Tunisie mise sur le sommet pour relancer le secteur touristique. (Photo : Reuters)

« La Tunisie réussira à organiser le Sommet arabe 2019 et tout le monde est engagé dans cette mission. J’espère que tous les Tunisiens coopèreront car la réussite de cet événement historique peut faire de leur pays une capitale arabe », a déclaré le président tunisien, Béji Caïd Essebsi. C’est dans cette perspective que la Tunisie a créé un mouvement culturel et touristique qui vise à accroître les rendements économiques de l’organisation de ce sommet.

Frappée par une grave crise économique depuis la révolution du Jasmin, la Tunisie mise sur ce sommet arabe pour relancer le secteur touristique dans le pays. « La Tunisie est consciente de l’importance du sommet et cherche à se préparer en adoptant une série de mesures qui sont à la hauteur de cet événement », a déclaré le ministre tunisien des Affaires culturelles, Mohamed Zine El Abidine.

La Tunisie est un pays riche culturellement, ainsi de nombreuses manifestations sont prévues dans le cadre de la Semaine de la culture qui coïncide avec la tenue du sommet, dans la Cité de la culture. Des concerts auront lieu dans le Théâtre de l’opéra, des rencontres spéciales seront organisées avec des auteurs tunisiens, dans le Théâtre des jeunes créateurs, ainsi que des concerts présentés par le groupe arabe Takht. Par ailleurs, les ministres arabes du Commerce, qui prennent part au sommet, pourront participer à la prière du vendredi 29 mars, dans la Grande mosquée de Kairouan également appelée la mosquée de Oqba Ibn Nafie, et découvrir la beauté de la plus ancienne mosquée du Maghreb. Selon le ministre tunisien du Tourisme, Roni Trabelsi, « Kairouan mise sur son symbolisme dans le monde arabe et islamique et sur son riche patrimoine historique, culturel et patrimonial. Cette manifestation fera de ce sommet un événement exceptionnel dans l’histoire des rencontres organisées par la Tunisie ».

Selon le journaliste égyptien Khaled Soliman, expert des affaires tunisiennes et qui réside en Tunisie, le pays s’est parfaitement préparé à accueillir cet événement grandiose. Les manifestations « Tunis, capitale de la culture islamique 2019 » ont aussi été officiellement lancées jeudi dernier, 21 mars, en présence du ministère des Affaires culturelles.

Améliorer son image

La Tunisie devrait accueillir entre 5000 et 6000 invités au Sommet arabe, soit 21 délégations officielles arabes. La délégation saoudienne compte à elle seule près de 1000 membres. « Il s’agit de touristes au niveau de vie assez aisée. Et la plupart des invités du sommet vont venir accompagnés de leurs familles pour découvrir les richesses touristiques et visiter les monuments, suivant un programme assez dense, organisé en marge de l’événement », explique Magdi Selim, ancien sous-secrétaire du ministère du Tourisme. Et d’ajouter: « Le sommet est une véritable opportunité pour la Tunisie. Elle doit saisir cette occasion pour améliorer son image et sa réputation dans le monde en tant que destination touristique de qualité. Dans ce contexte, des mesures particulières de sécurité ont été prises ». Khaled Soliman partage le même avis en affirmant que le Sommet arabe est une grande opportunité pour la Tunisie, étant donné le grand nombre de délégations arabes qui y participent. Cet événement contribuera à la relance non seulement du secteur touristique, mais aussi à celui du secteur bancaire grâce à l’importante rentrée de devises étrangères. « D’autres secteurs devraient profiter de ce sommet comme les industries traditionnelles de la gravure sur cuivre et sur cuir qui font partie du patrimoine tunisien », souligne Soliman.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique