Mardi, 25 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Le plus dur reste à venir

Marianne Youssef, Mardi, 21 mai 2013

L’Egypte est passée du groupe III au groupe II euro-africain de la Coupe Davis qui s’est achevée samedi dernier au Caire.

Groupe II
La sélection a pu accéder au groupe II euro-africain.

La coupe Davis qui s’est déroulée du 14 au 18 mai dernier sur les courts de l’Académie Smash de tennis au Caire a été à la hauteur des espérances de l’Egypte. La sélection égyptienne de tennis a pu réaliser une bonne victoire en passant du groupe III au groupe II euro-africain. Cette victoire est le résultat de 5 matchs qui ont été tous remportés par l’Egypte. Suite à cette vic­toire, les Egyptiens ont pu accéder au groupe II euro-africain. Selon Khaled Bahir, directeur technique de la sélection, l’Egypte a eu de la chance cette année pendant le tirage au sort qui l’a placée dans la poule D regroupant le Nigeria, le Botswana et la Zambie. Elle a battu la Zambie 3-0, le Nigeria 3-0 et le Botswana 3-0. « Les tennismen égyptiens avaient une grande opportunité de réaliser une vic­toire devant leurs adversaires qui sont soit moins classés que nos joueurs, soit non classés à l’Association professionnelle de tennis (ATP). Par exemple, il y a Mohamad Safouat, numéro 1 égyptien, classé 319 ATP », explique Bahir.

Mais leur mission n’était pas facile lors du match final, où l’Egypte a fait face à la sélection zimbabwéenne, vainqueur de la poule B. En finale, Mohamad Safouat a joué un match nul 1-1 avec le Zimbabwéen Takanyi Garanganga (n° 440 ATP). « C’était l’un des matchs les plus difficiles, car Takanyi, bien qu’il soit moins bien classé, jouit d’un très haut niveau de jeu. Il a la nationalité américaine et s’entraîne aux Etats-Unis. En double, l’Egypte a battu le Zimbabwe 2-0 », ajoute Bahir.

Grâce à ce résultat, l’Egypte a pu réali­ser son objectif : éviter de rester dans le groupe III euro-africain, surtout que la sélection n’a pas pu se maintenir en groupe II lors de la précédente édition. Elle a été reléguée en groupe III euro-afri­cain. L’Egypte a connu la relégation à deux reprises ces 10 dernières années et n’a encore jamais réussi le premier groupe euro-africain. Pour accéder au groupe I euro-africain, il faut au moins 2 joueurs dans le top 200.

Cette bonne performance était, en fait, attendue, vu notamment la participation du tennisman Mohamad Safouat, qui a aug­menté les chances de victoire de l’Egypte. Safouat était absent lors de la dernière édi­tion de la Coupe Davis. « Safouat est le tennisman le plus expérimenté de la sélec­tion. Il suit un programme de préparation spécial de très haut niveau, car il s’en­traîne depuis 2008 à l’Académie Juan Carlos Ferrero en Espagne, l’une des plus prestigieuses écoles de tennis. Son entraî­neur est l’Espagnol José Lido. Il est le seul tennisman égyptien bénéficiant d’un spon­sor : le club Wadi Degla. Ce sponsoring l’a beaucoup aidé à progresser et à améliorer son classement mondial », explique Bahir.

Victoire pas difficile

Pour le reste de la sélection, la Fédération a mis en place un plan de préparation pour les 3 tennismen en Egypte, car la Fédération a réussi, en coopération avec la Fédération internationale de tennis, à orga­niser chaque semaine un championnat à Charm Al-Cheikh. Ce championnat orga­nisé il y a 6 mois a réuni des joueurs de toutes les nations. Ce championnat permet aux tennismen de récolter des points et d’améliorer ainsi leur classement ATP. « Ce championnat était une très bonne occasion pour la sélection pour disputer des matchs avec des tennismen de très haut niveau et travailler sur leurs points faibles qui surgissent pendant les matchs. Ils ont pu acquérir une grande expérience sans être obligés de se déplacer à l’étranger », assure-t-il.

Cette victoire n’était pas difficile, car le niveau de la concurrence en groupe III est à la portée des Egyptiens, meilleurs que les Africains.

Le vrai défi de l’Egypte sera en groupe II, où la compétition sera très tendue face à des sélections de très haut niveau. « La concurrence en groupe II est très serrée, car ce groupe renferme de très bonnes sélections, comme la Lettonie, l’Irlande et la Tunisie », conclut Bahir. L’Egypte aura donc beaucoup de travail durant la pro­chaine saison pour se maintenir en groupe II et éviter une autre relégation.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique