Mardi, 16 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Afrique >

La date improbable des élections maliennes

Sabah Sabet avec agences, Lundi, 13 mai 2013

« Pas crédible », « pas tenable » : la date des élections au Mali, imposée par la France, est fortement critiquée. Au-delà d’une logistique que Bamako semble incapable d’assumer, le pays reste divisé et Aqmi demeure menaçant.

« Ces élections doivent avoir lieu. Pour le peuple malien, pour l’exemple que nous devons donner à toute l’Afrique, et pour la légitimité qui doit être celle de l’au­torité malienne (...) pour poursuivre le dialogue politique », a déclaré, le 10 mai, François Hollande dans la cour de l’Elysée lors d’une ren­contre avec son homologue nigé­rien, Mahamadou Issoufou. Ils se sont prononcés pour la tenue d’élec­tions au Mali, d’ici fin juillet. La France et le Niger participent à l’in­tervention armée lancée en janvier dernier pour chasser les rebelles islamistes qui occupaient alors le nord du pays.

La date des élections, le 7 et le 21 juillet, proposée par la France et approuvée par l’Etat malien, n’est pas tenable selon certains observa­teurs, surtout avec l’état d’insécuri­té qui règne dans plusieurs régions.

Selon l’analyste Philippe Hugon, chercheur à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), le calendrier de l’organisa­tion de l’élection présidentielle au Mali n’est « pas crédible » et est « prématuré ». « Il y a encore des zones incontrôlées, les listes électo­rales ne sont pas encore définies et le climat est défavorable », indique-t-il à l’AFP. « Si on est optimiste, l’élection présidentielle n’aura pas lieu avant octobre ».

En outre, certains mouvements ont appelé au boycott de ce scrutin, comme le Rassemblement des Jeunes du Mali (RJM). Selon Abdoulaye Jourdan, secrétaire général adjoint du RJM, la libéra­tion du Nord-Mali n’est pas effec­tive. La région de Kidal n’est pas sécurisée. Par ailleurs, les 400 000 Maliens déplacés (qui ont fui la guerre) ne peuvent pas voter.

D’ailleurs, l’administration de Bamako ne semble pas prête à rega­gner les régions du nord.

« Au vu de tous ces éléments, il est impossible d’organiser des élec­tions libres et transparentes en juillet », annonce-t-il lors d’une interview faite par le site Afrik.com. Il propose que les élections soient tenues au mois d’octobre ou novembre. « L’intervention mili­taire française au Mali a permis de libérer une partie du Nord-Mali. Mais, il faut prendre le temps de bien organiser l’élection présiden­tielle », conclut-il.

Gagner du temps

Les affirmations d’Hollande font suite aux menaces lancées la semaine dernière par Al-Qaëda au Maghreb islamique (Aqmi) contre la France. Dans un message vidéo diffusé sur Internet le mardi 7 mai, le chef du Conseil des notables de l’organisation, Abou Obeida Youssef al-Annabi, a appelé « les musulmans du monde entier à atta­quer les intérêts français partout ».

Les menaces de représailles après l’intervention française ne sont pas nouvelles.

Cependant, selon des spécialistes, ce qui semble changer, c’est que ce nouveau message a, avant tout, une dimension interne.

Mathieu Guidère, spécialiste d’Al-Qaëda et auteur, entre autres, de Al-Qaëda à la conquête du Maghreb, explique que les menaces d’Annabi, organe directeur du réseau, font du Mali une nouvelle terre de djihad, comme l’Iraq, l’Afghanistan ou plus récemment la Syrie. « Tous les musulmans sont appelés à partici­per à cette guerre ouverte et cela pourrait favoriser des initiatives individuelles », conclut-il.

Par ailleurs, le président français, qui a assuré prendre les menaces au sérieux, insiste pour conserver la tenue des élections à la date proposée, et cela malgré les critiques. « Les élections prévues en juillet au Mali doivent se tenir sur tout le territoire », affirme-t-il.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique