Lundi, 17 juin 2024
Opinion > Opinion >

Tension entre Israël et la Syrie

Vendredi, 24 mars 2017

La tension a resurgi subitement cette semaine entre Israël et la Syrie. Les deux pays ont connu de sérieux accrochages dans la nuit de jeudi à vendredi lorsque quatre avions israéliens sont entrés dans l’espace aérien syrien via le territoire libanais dans une zone proche de Palmyre au centre de la Syrie. Les autorités syriennes affirment avoir « abattu un appareil et forcé les autres à s’en fuir ». Propos démentis par l’ar­mée israélienne qui affirme que « ses avions ont essuyé plusieurs tirs antiaériens syriens » mais que ces tirs « ont été interceptés » grâce à un système antimissiles. Cet incident est le plus sérieux entre Israël et son voisin syrien depuis le début de la guerre civile en 2011.

Les deux pays restent officielle­ment en état de guerre depuis des dizaines d’années. Les rela­tions sont d’autant plus tendues que le régime syrien est soutenu dans sa bataille contre les rebelles par le mouvement chiite libanais Hezbollah et par l’Iran, deux grands ennemis d’Israël.

Les interventions répétées de l’aviation israélienne en Syrie tra­duisent la crainte d’Israël de voir l’Iran, son ennemi juré dans la région, pendre fermement pied à ses frontières. Depuis le début de la guerre civile en Syrie, l’Iran est très actif sur la scène syrienne. Et des troupes de la République islamique sont engagées aux côtés de l’armée de Bachar Al-Assad. Mais ce qui inquiète plus Israël, c’est l’avènement du Hezbollah libanais pro-iranien comme un acteur incontournable dans la guerre en Syrie. La parti­cipation du Hezbollah à la guerre en Syrie aux côtés des Gardiens de la révolution iraniens et l’avia­tion russe a donné à ses combat­tants une précieuse expérience, et surtout une meilleure compré­hension des guerres convention­nelles. Mais plus important encore, le groupe chiite a profité de la guerre en Syrie pour s’ap­provisionner en missiles longue et courte portée. Ces missiles livrés par Téhéran pourraient atteindre Tel-Aviv en cas de conflit avec Israël. En outre, Israël craint que des missiles sophisti­qués sol-air ou sol-sol de fabrica­tion russe ne tombent dans les mains du Hezbollah. D’où les incursions ciblées et répétées de l’aviation israélienne qui visent à stopper tout transfert d’armes iraniennes au Hezbollah. Israël est habituellement discret au sujet de ces incursions. Il est cependant exceptionnel qu’il confirme sur le coup de tels raids.

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, était cette semaine en Russie où il s’est entretenu avec le président russe, Vladimir Poutine. Netanyahu a fait part de son inquiétude face aux efforts menés par l’Iran pour s’éta­blir militairement en Syrie et pour transférer du matériel de guerre sophistiqué au Hezbollah via la Syrie.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique