Jeudi, 23 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Un Noël aux couleurs de la solidarité

May Al-Maghrabi, Mercredi, 11 janvier 2017

Le président de la République, Abdel-Fattah Al-Sissi, a assisté à la messe de Noël tenue à la Cathédrale de Saint-Marc à Abbassiya. Une participation appréciée par la communauté copte.

Un Noël aux couleurs de la solidarité
Le président Sissi présente ses meilleurs voeux au pape Tawadros II à l'occasion de Noël. (Photo : AFP)

C’est dans un contexte bien particulier que les coptes ont fêté cette année Noël, près d’un mois après l’attentat contre l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, qui a coûté la vie à 28 coptes le 11 décembre dernier. En effet, les conditions de sécurité ont été particulièrement renforcées. Les grandes églises ont été équipées de portails électroniques, et les mesures de fouilles ont été rigoureusement appliquées. Des précautions destinées à rassurer les fidèles, qui tenaient à célébrer Noël, même si l’atmosphère a été moins joyeuse.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a tenu à participer à la messe de Noël, vendredi soir, dans la Cathédrale de Saint-Marc à Abbassiya, au Caire. Accueilli par un tollé d’applaudissements, le président Sissi a présenté ses voeux au pape Tawadros II, patriarche de l’Eglise orthodoxe, ainsi qu’à la communauté copte. « Je souhaite une bonne fête à tous les Egyptiens, musulmans et chrétiens. Nous vous aimons, nous ne formons qu’une nation », a affirmé le président, en ouverture de la messe de Noël. Dans son allocution, le président a souligné que l’Egypte « apprend à l’humanité et au monde le vrai sens de l’union et de l’acceptation de l’autre ». Dans un autre geste soulignant l’unité nationale, le président a présenté un don de 100 000 livres pour la construction d’une église et d’une mosquée à la nouvelle capitale administrative, d’ici à l’année prochaine. Il a aussi annoncé que tous les travaux de reconstruction et de restauration des églises endommagées par des actes terroristes ont été achevés.

Le pape Tawadros II a, pour sa part, remercié le président. Les hauts responsables de l’Etat, dont le premier ministre, le ministre de la Défense, le ministre de l’Intérieur et le grand imam d’Al-Azhar, ont félicité le pape Tawadros II, la veille de la messe. Par ailleurs, l’armée avait annoncé l’achèvement, à un temps record, des travaux de restauration de l'église Saint-Pierre et Saint-Paul au Caire, endommagée par l’attentat du 11 décembre dernier. Et ceci, pour que les chrétiens puissent y célébrer les messes du 31 décembre et de Noël. Des messages jugés « rassurants » pour les coptes.

Selon des observateurs, la participation du président Sissi, cette année, aux célébrations de Noël, qui n’est pas la première, est significative. Elle vient rassurer la communauté copte, et atténuer sa colère, suite à l’attentat du 11 décembre. C’est la troisième année successive que le président partage la fête avec les chrétiens. En 2015, créant la surprise, il s’est rendu pour la première fois à la cathédrale le soir de Noël. Il était ainsi le premier président à se rendre dans une église depuis 1977, lorsque, en bon musulman, le président Sadate a fait sa prière dans l’enceinte de la cathédrale. Ce qui a été accueilli avec satisfaction par la communauté copte qui avait enduré, auparavant, une intimidation sous le règne des Frères musulmans en 2012. L’année au pouvoir du président islamiste Mohamad Morsi a été loin de rassurer les coptes sur leur destin en tant que citoyens égyptiens. Sa courte présidence a été marquée par une montée des partis islamistes et des scènes de violence sans préalable. Depuis 2013, les coptes ont été aussi à plusieurs reprises pris pour cible. Au moins, 60 églises ont été attaquées, dont 37 incendiées ou endommagées, ainsi que des dizaines d’écoles, de maisons et de commerces coptes. Des raisons justifiant le soutien affiché de l’Eglise copte, depuis la révolution de juin 2013, au régime du président Sissi.

Lucidité face aux complots

Naguib Guébraïl, avocat oeuvrant dans le domaine des droits de l’homme, pense que la participation du président à la messe de Noël et la multiplication des messages rassurants pour les coptes mettent l’accent sur « l’engagement du régime à valoriser la citoyenneté et à avorter les complots visant l’unité nationale ». Selon Guébraïl, coptes et musulmans affichent une détermination à avorter les complots visant leur unité : « C’est le message qu’a envoyé la célébration de cette année à tous les ennemis de la patrie. La visite de Sissi a essuyé les larmes des coptes suite à l’attentat contre l’église ». Il note aussi que la conscience de l’Eglise du danger des tentatives de raviver les conflits sectaires et sa gestion de ce genre de crise ont été marquées par beaucoup de lucidité et de patriotisme.

Quant au penseur copte Gamal Assaad, il estime que le dernier attentat contre l’église d’Al-Botrossyia, comme d’autres actes de violence, ne visait pas seulement l’unité nationale mais aussi la fragilisation du régime. « Ces groupes terroristes veulent discréditer le régime du président Sissi en le présentant comme incapable de protéger les coptes qui l’ont soutenu depuis la révolution du 30 juin. Des tentatives avortées par le président et l’Eglise qui consolident leur solidarité », apprécie Assaad.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique