Lundi, 04 mars 2024
Dossier > Dossier >

La France et le conflit palestino-israélien

Nourane Chérif, Mardi, 31 mai 2016

L’âge d’or

1949 : La France a été l’un des premiers pays à reconnaître le nouvel Etat d’Israël, juste avant l’entrée de celle-ci à l’Onu.

Les années 1950 : Paris et Tel-Aviv, mus par une hostilité commune contre l’Egypte de Nasser, ont étroitement coopéré dans la recherche atomique.

1956 : Alliance militaire entre Israël, la France et le Royaume-Uni pour attaquer l’Egypte.

1957 : Paris et Tel-Aviv passent des accords diplomatiques et techniques et lancent le programme nucléaire clandestin.

1958 : Arrivée de Charles de Gaulle au pouvoir, donnant son accord à d’importantes livraisons d’armes à Israël.

1959 : Fondation de la coopération culturelle, scientifique et technique entre les deux pays sur un accord bilatéral.

Refroidissement des relations

1967 : A la suite de la guerre de 1967 et du raid aérien israélien sur le Liban en 1968, la France impose un embargo sur les armes à destination d’Israël.

1974 : la France vote en faveur de la reconnaissance de l’Organisation de Libération de la Palestine, OLP, au sein de l’Onu en tant que membre observateur.

1982 : François Mitterrand a été le premier président français à exprimer, devant la Knesset, l’objectif de création d’un Etat palestinien.

1996 : Chirac se rend dans les territoires palestiniens pour la première visite officielle d’un président occidental.

Nouvelle politique pragmatique

2007 : La France a émis 112 autorisations d’exportation d’armement à destination d’Israël qui représentaient un montant de 126 millions d’euros, ce qui fait de la France le plus gros fournisseur européen d’armes à Israël.

2008 : Nicolas Sarkozy visite Israël, tout en voulant marquer un « renouveau » dans la relation bilatérale.

2009 : L’instauration d’un dialogue stratégique annuel entre le ministère français des Affaires étrangères et son homologue israélien.

2010 : La France a rehaussé le statut de la Délégation générale de Palestine en France, devenue la Mission de Palestine, avec à sa tête un ambassadeur.

La même année à l’Elysée, les présidents Nicolas Sarkozy et Shimon Pérès ont lancé « Europe-Israël : La Maison commune ».

2012 : La France a voté en faveur du statut d’Etat observateur non-membre de la Palestine aux Nations-Unies.

2013 : François Hollande visite Israël et les territoires palestiniens, pour souligner le plein soutien de la France au processus de paix et à la mise en oeuvre d’un accord.

2015 : La France vote en faveur de l’érection du drapeau palestinien à l’Onu.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique