Mardi, 16 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Le Liban et la Tunisie présentent leur art

May Sélim, Lundi, 28 mars 2016

Le Liban et la Tunisie présentent leur art
Une danse folklorique tunisienne.

Le festival a ouvert ses portes pour accueillir des troupes d’écoles venues du Liban et de Tunisie. Les étudiants ont multiplié leurs activités et ont donné des spectacles de danses et de chants folkloriques. Ils ont ainsi pu présenter à leurs camarades égyptiens la culture de leurs pays.

La Tunisie a été représentée par les élèves du centre artistique de Sfaqx coin des arts. Un centre qui vise à enseigner aux jeunes étudiants les arts dramatiques, la danse folklorique, le chant et autres disciplines. Au départ, les étudiants tunisiens ont présenté une danse folklorique en respectant les costumes traditionnels du pays. De jeunes filles et de jeunes garçons ont dansé sur les rythmes folkloriques de Sidi Mansour.

Quant au spectacle théâtral, il a été conçu par les élèves du centre en coordination avec leur professeur d’art dramatique. Il s’agit des artistes face aux terroristes. Un spectacle basé sur un travail d’improvisation et une écriture collective. Les jeunes ont décrit sur les planches le conflit entre les artistes et le terrorisme djihadiste. Un sujet qui touche de près à l’actualité sociopolitique tunisienne.

Pour le Liban, c’est la petite chanteuse Emmanuelle qui a enchanté le public pendant le festival par les chansons folkloriques libanaises. La troupe théâtrale du Collège des Frères de La Salle de Aïn Saadé a donné une représentation de la pièce Le Théâtre d’action de Michel Benoit. C’est une mise en abyme du théâtre. Un spectateur assiste à un spectacle et tout d’un coup, il zappe avec une télécommande comme s’il était devant la télé. Une série de spectacles s’ensuit à chaque fois que le spectateur zappe. Malgré sa courte durée, le spectacle réussit à remettre en question le rôle des médias. « C’est notre deuxième participation au Festival francophone en Egypte. Je trouve l’expérience assez enrichissante pour ces élèves qui voyagent loin du Liban et qui échangent leurs expériences avec les élèves égyptiens. C’est une ouverture sur le monde », souligne Caline Noujaim, animatrice et enseignante libanaise en français.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique