Vendredi, 19 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Portraits des 3 athlètes qualifiés aux Jeux olympiques

Doaa Badr, Mardi, 15 mars 2016

Portraits des 3 athlètes qualifiés aux Jeux olympiques

Malak, forte de sa 3e place au classement olympique

Hédaya Malak

A 22 ans, Hédaya Malak (-57 kg) disputera ses 2es Jeux olympiques à l’édition de Rio. Mais cette fois-ci, elle paraît mieux préparée pour la compétition. La saison 2015-2016 était la meilleure connue pour la jeune fille qui a réalisé un exploit sans précédent en se qualifiant pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro à travers le classement olympique, après avoir remporté la médaille d’or à la finale du Grand Prix au Mexique. Cela a été une très grande surprise, car elle a battu les meilleures taekwondoïstes du monde.

En 2015, elle a toutefois été blessée. Cette jeune taekwondoïste a été victime d’une fracture au pied en décembre 2014. Après une trêve forcée causée par sa blessure, Hédaya Malak a repris le jeu en force et pleine d’enthousiasme. Elle a fait des pieds et des mains pour rattraper le retard. Elle a commencé son parcours en mars 2015 en disputant l’Open des Pays-Bas, puis celui d’Espagne, avant de disputer les Championnats du monde qui ont eu lieu en mai dernier en Russie. Pour la 2e fois consécutive, elle a terminé 5e aux Mondiaux après une défaite lors des quarts de finale. « Il faut savoir que la 5e place était d’une importance cruciale pour moi, puisqu’elle m’a offert des points au classement olympique », affirme Malak. Après les Mondiaux, elle s’est dis­tinguée dans différents tournois en remportant une médaille d’or à l’Open de Pologne, aux Jeux mili­taires de Corée du Sud et à l’Open du Kazakhstan. Elle a également remporté des médailles d’argent à l’Open d’Australie et aux Jeux africains, et des médailles de bronze à l’Open d’Autriche, d’Indoné­sie et au Grand Prix de Russie. Elle a clôturé l’année 2015 avec une médaille d’or lors de la finale du Grand Prix. De quoi assurer ainsi la qualification olympique.

Cette championne attire l’attention depuis des années. A ses débuts au club Al-Seid du Caire, elle devient championne d’Egypte. En 2009, elle intègre la sélection juniors. Puis en 2011, elle commence sa carrière en seniors en rempor­tant l’or aux Jeux africains et aux Jeux arabes. En 2012, elle dispute ses pre­miers Jeux olympiques durant lesquels elle réalise un exploit en terminant 5e. Puis en 2013, elle se classe 5e des Mondiaux, tout en récoltant un grand nombre de médailles au niveau international.

Cette saison a été l’occasion pour la jeune fille de prouver davantage ses capacités. « Cette année, mon niveau s’est nettement amélioré, surtout sur le plan technique. Je dois encore travailler pour progresser techniquement », confie-t-elle.

Al-Sawalhi : Prête et avec plus d’expérience

Siham Al-Sawalhi

Siham Al-Sawalhi s’est qualifiée pour les JO en terminant 2e aux éliminatoires africaines, le mois dernier au Maroc. A 24 ans, elle disputera ses 2es JO, mais cette fois, la situation est bien différente pour elle. « Lors de mes premiers JO en 2012, j’étais encore jeune sans beaucoup d’expérience. J’étais fascinée par l’atmos­phère des Jeux, ce qui a affecté mon niveau. Mais cette fois-ci, je suis prête à monter sur le podium », confie la jeune fille, qui considère cette saison comme l’apothéose de sa carrière. Elle a décroché une médaille d’or aux Jeux militaires, une médaille d’or aux Jeux africains, plusieurs médailles aux tournois internationaux et au Grand Prix, et enfin une médaille d’argent aux éliminatoires africaines du Maroc en 2016.

Elle a commencé à pratiquer le taekwondo à l’âge de 6 ans, au Centre de jeunesse de Assafra à Alexandrie, et a fait parler d’elle dès ses débuts. Elle n’a raté l’or d’aucune compétition. En 2005, elle a intégré la sélection juniors pour la première fois. Un an plus tard, elle a intégré la sélection seniors alors qu’elle n’avait que 14 ans, devenant ainsi la plus jeune athlète de l’équipe nationale. A l’époque, elle a réalisé son premier exploit en remportant la médaille d’or aux Championnats d’Afrique seniors 2006. « J’étais un phénomène pour certains. Depuis, j’ai toujours fait partie de la sélection nationale. J’ai continué à récol­ter des médailles internationales », dit la jeune fille qui possède un palmarès exceptionnel : une médaille d’argent aux Mondiaux juniors 2008, une médaille d’or aux Championnats méditerranéens 2010 et une panoplie de médailles d’or aux Championnats d’Afrique.

Zaki : La nouvelle recrue

Ghofran Zaki

A 24 ans, Ghofran Zaki s’est distingué lors des éliminatoires africaines qualificatives pour les JO en remportant le ticket olympique et la médaille d’or, à la grande surprise de tous. Il a réalisé une prouesse cette saison et a réservé sa place en équipe nationale. Ainsi, il a réalisé sa meilleure perfor­mance en remportant la médaille d’or aux Jeux africains 2015 et la médaille d’or aux éliminatoires africaines du Maroc 2016.

Il a commencé à pratiquer la discipline à l’âge de 8 ans, au club Al-Chams (Le Caire). Mais ses débuts n’étaient pas brillants comme Siham, sa compa­triote. « De mes débuts en 2000 et jusqu’en 2008, je n’ai remporté aucune médaille. Mon niveau était moyen. En 2008, j’ai pu remporter ma première médaille aux Championnats nationaux », se souvient-il. En 2009, il intègre la sélection juniors pour la première fois. Et en 2013, il fait parler de lui en devenant le numéro 1 égyptien avec une place de 5e aux Championnats du monde.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique