Dimanche, 21 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Tourisme : Priorité à la sécurité

Dalia Farouq, Lundi, 14 mars 2016

L'Egypte a participé à la Bourse internationale du tourisme (ITB) de Berlin, qui s'est tenue du 9 au 13 mars. Une présence qui s'inscrit dans la crise sans précédent traversée par le secteur du tourisme national.

Tourisme : Priorité à la sécurité

La sécurité des touristes est une préoccupation majeure de la délégation égyptienne qui a participé cette semaine à la Bourse internationale de Berlin (ITB). « Les craintes concernant la sécurité sont sur les lèvres de tous les professionnels du tourisme à l’ITB cette année. Explosion en Turquie ou en France, attentats en Egypte et en Tunisie, tout le monde cherche à rassurer les tour-opérateurs, les compagnies aériennes et les touristes », assure Elhami Al-Zayat, président de l’Union des chambres du tourisme. C’est le cas aussi de l’Egypte. Jugeant très importante la participation de l’Egypte à l’ITB, le ministre du Tourisme, Hicham Zaazoue, a assuré que l’objectif de la participation égyptienne à l’ITB est de faire revenir les touristes en Egypte, une priorité pour l’Egypte à l’heure actuelle.

« Au cours de cette foire touristique, qui regroupe les professionnels et les leaders de l’industrie du tourisme, nous voulons avant tout rassurer. Nous nous engageons à garantir aux visiteurs un voyage aussi sûr qu’agréable, que ce soit dans les aéroports ou sur les sites touristiques », explique Zaazoue lors d’une conférence de presse. Le ministre a expliqué les mesures de sécurité plus strictes adoptées dans les aéroports égyptiens, surtout suite au crash de l’avion russe dans le Sinaï en octobre dernier. « Une nouvelle société internationale, Control Risks, est en charge de la sécurité dans les aéroports égyptiens. Elle a fini son audit sur les aéroports de Charm Al-Cheikh et Marsa Alam, il ne reste que ceux d’Hurghada et du Caire. Leurs recommandations ont été immédiatement mises en oeuvre. Le dispositif sécuritaire est partout renforcé. En outre, des délégations sécuritaires de plusieurs pays ont aussi audité les aéroports égyptiens au cours des dernières semaines, tels que l’Angleterre, la Russie, l’Allemagne et l’Italie », lance le ministre du Tourisme.

Al-Zayat partage la même idée que le ministre du Tourisme sur l’importance de la participation de l’Egypte à l’ITB. « Le terrorisme est un phénomène mondial dont souffrent plusieurs pays, et aucune destination ne peut garantir la sécurité à 100 %. Même si on souffre d’une forte crise, on ne doit pas céder. Parler avec nos partenaires étrangers, écouter leurs craintes, connaître leurs problèmes afin de les résoudre, c’est le vrai enjeu de cette foire. Tout cela doit être fait en parallèle avec un bon plan de promotion touristique. C’est ainsi qu’on doit procéder pour favoriser la reprise du tourisme en Egypte le plus rapidement possible », assure Al-Zayat.

Restrictions ou suspensions

La participation de l’Egypte à l’ITB n’emballe pas tous les professionnels du tourisme égyptien. Adel Chaabane, voyagiste, estime que la participation de l’Egypte à l’ITB est inutile à cause des restrictions ou des suspensions totales des vols en Egypte de la part de quelques pays et quelques compagnies aériennes. Selon lui, l’affaire est politique et sécuritaire avant d’être touristique. « Lorsqu’on aura résolu ces problèmes, les gouvernements lèveront leurs restrictions, on pourra à ce moment-là inviter les touristes à venir en Egypte. Si les gens ont peur, ils ne viendront jamais quelles que soient les incitations qui leur sont offertes. La preuve en est que la fréquentation des visiteurs au pavillon égyptien à l’ITB est très faible cette année », se lamente Chaabane. Selon les derniers recensements du ministère du Tourisme, les arrivées touristiques ont baissé de près de 40 % au cours des deux premiers mois de l’année en cours en comparaison avec la même période de l’année dernière. Le ministre du Tourisme avait déclaré que les pertes du secteur du tourisme en Egypte sont de 2,2 milliards de L.E. par mois à la suite du crash de l’avion russe dans le Sinaï.

D’après Hamed Mansour, touropérateur, cette baisse de fréquentation du pavillon égyptien à l’ITB va se traduire par l’absence de l’Egypte des programmes touristiques des méga-tour-opérateurs et par une autre baisse dans les réservations des voyages en Egypte. « Ce ne sont pas les chants folkloriques égyptiens présentés au pavillon égyptien qui vont attirer les professionnels du métier », ironise Mansour. Il ajoute que le ministre du Tourisme devrait présenter les rapports de la compagnie de sécurité Control Risks, leurs recommandations et les démarches prises sur terrain, afin de les réaliser et annoncer où en sont l’enquête concernant le crash de l’avion russe et l’assassinat du chercheur italien Regini. « C’était très embarrassant lorsque le président de la Fédération des tour-opérateurs italiens a demandé au ministre du Tourisme d’annoncer les résultats de l’enquête sur l’assassinat de Regini », déplore Mansour.

Abdel-Azim Choukri, propriétaire d’une agence de voyages, estime, pour sa part, que la participation de l’Egypte à l’ITB a été mal préparée. « Il fallait lancer une grande campagne publicitaire pour le tourisme égyptien dans les rues, les métros et les autobus de Berlin, ainsi que les médias, bien avant le début de la Bourse », indique Choukri. Selon lui, il fallait penser à trouver un discours nouveau pour convaincre les tour-opérateurs de vendre des voyages en Egypte. « Même la compagnie aérienne nationale Egyptair a annoncé la suspension du vol Louqsor-Le Caire à partir du mois de mai. Au lieu d’améliorer l’image de l’Egypte auprès du monde du tourisme à l’ITB, cette décision démontre que même notre compagnie nationale ne soutient plus le secteur. Cela a un impact négatif sur la réputation de l’Egypte », conclut-il.

Des mesures incitatives

Pour relancer le tourisme en Egypte, le ministre du Tourisme a saisi de l’ITB (Bourse internationale du tourisme) pour annoncer des décisions ayant pour but d’inciter les tour-opérateurs et les compagnies aériennes à organiser des voyages en Egypte. La première concerne des subventions aux compagnies aériennes low-cost comme EasyJet, Air Berlin et Condor, pour les inciter à développer des liaisons entre l’Europe et l’Egypte, même si le nombre des voyageurs n’est pas satisfaisant. « Nous avons déjà un programme pour les voyagistes qui propose des vols, mais on n’a jamais eu de programme pour les compagnies aériennes », a déclaré Hicham Zaazoue, lors d’une conférence de presse tenue à l’ITB.

Le ministère du Tourisme avait accordé aux voyagistes une subvention de 30 dollars par siège vendu, à condition que le taux de remplissage de l’avion soit compris entre 60 et 90 %. Quant au nouveau programme concernant les compagnies aériennes normales, Zaazoue a indiqué que le même système est à l’étude. Des réductions des frais de décollage et d’atterrissage sur les aéroports égyptiens pourraient également leur être appliquées. La création d’une société indépendante pour la gestion de la sécurité des aéroports en Egypte a également été décidée par le ministère du Tourisme. 60 % appartiendra à l’Etat et 40 % au secteur privé spécialisé dans la sécurité.

« Toutes ces mesures ont pour but d’améliorer la situation du tourisme en Egypte qui s’est encore détériorée depuis novembre dernier. On ne s’attend pas à voir une reprise significative avant la deuxième moitié de l’année », conclut-il.

A noter que le nombre de touristes en Egypte continue de chuter avec une diminution d’environ 6 % en 2015 par rapport à 2014. Les recettes du tourisme sont ainsi passées à 6,1 milliards de dollars en 2015, contre 7,2 milliards de dollars en 2014.

Coulisses

— Avec plus de 180 000 visiteurs, parmi lesquels 108 000 professionnels et plus de 10 000 exposants venus de 180 pays, l’ITB de Berlin est le salon interprofessionnel leader couvrant toute l’offre de l’industrie touristique. Le salon fête cette année son jubilé d’or. Après de modestes débuts avec cinq pays participants dans le contexte d’une foire d’importation de produits étrangers, le succès mondial se développa dès la seconde édition en 1967. Au cours de ces 50 années, l’espace d’exposition est passé de 580 m2 à 150 000 m2 aujourd’hui, et le nombre de visiteurs professionnels de 250 à 100 000.

— Les Maldives étaient l’invité d’honneur de la 50e édition de l’ITB, et l’Egypte partenaire culturel de l’événement.

— 72 agences de voyages et hôtels ont participé à l’ITB parmi la délégation égyptienne dans un pavillon de 2 700 m2 construit en forme de pyramide et de temple pharaonique.

— Le ministre égyptien du Tourisme a eu des entretiens importants avec les responsables allemands en marge de sa visite à Berlin. Il s’est entretenu avec les ministres du Transport, de l’Intérieur et de l’Economie pour discuter de la relance du tourisme allemand à destination de l’Egypte.

— Lors de sa conférence de presse à l’ITB, le ministre égyptien du Tourisme a exposé des photos d’employés du tourisme qui souffrent de la baisse des arrivées touristiques en Egypte. Cela a soulevé une vague de critiques de la part des participants égyptiens au salon. Pour eux, ces images portent atteinte à l’image de l’Egypte, arrivée au point de mendier les touristes. Une querelle a également éclaté entre le ministre et les investisseurs du tourisme égyptien à cause du faible budget consacré à la promotion touristique sur le marché allemand, un marché qui a beaucoup baissé ces cinq dernières années.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique