Mercredi, 29 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Syrie: Une conférence pour les réfugiés

Maha Salem avec agences, Mardi, 29 janvier 2013

Datant de la mi-janvier, le dernier bilan faisait état de 600 000 réfugiés et d'environ 60 000 personnes tuées en Syrie depuis le début des violences.

Dû à l’aggravation des violences et des combats, les Syriens fuient par milliers leur pays et, selon l’Onu, un nombre « record » de 30 000 civils se sont réfugiés lors des dernières semaines en Jordanie voisine où les familles exposées à un hiver rigoureux vivent dans des conditions très difficiles. A quelques jours d’une réunion de donateurs organisée à Koweït, le roi de Jordanie, Abdallah II, a réclamé vendredi dernier à Davos davantage d’aide de la part de la communauté internationale pour que son pays puisse faire face à l’afflux de réfugiés syriens. « Les réfugiés les plus faibles se battent pour leur survie. Il faut davantage d’aide internationale », a déclaré le dirigeant jordanien. Le Royaume jordanien est submergé par les réfugiés fuyant le conflit en Syrie, entré dans son 22e mois sans aucune perspective de solution prochaine. La Jordanie accueille maintenant plus de 300 000 réfugiés syriens, dont 206 630 ont été enregistrés par le Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (HCR), y compris 6 400 nouveaux réfugiés arrivés dans les dernières 24 heures au camp de Zaatari. En décembre, le HCR avait enregistré 16 413 nouveaux réfugiés syriens en Jordanie, 13 000 en novembre et 10 000 en octobre. « La situation dans le pays est déjà catastrophique et elle ne fait qu’empirer. L’afflux de ces réfugiés dans les pays voisins provoque des questions chez la population locale, qui se demande combien de personnes vont encore arriver », a affirmé Valerie Amos, président du HCR.

Partageant le même problème, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, dont le pays accueille déjà 160 000 réfugiés dans 16 camps ainsi que 67 000 réfugiés vivant dans les villes, a, de son côté, assuré que la Turquie ne fermerait jamais ses frontières aux réfugiés syriens. « Je viens d’apprendre que 10 000 réfugiés supplémentaires attendent à la frontière pour entrer en Turquie », a déclaré le ministre, en précisant qu’un 17e camp était en cours de construction. Le ministre turc a encore profondément regretté le silence de la communauté internationale sur la question humanitaire en Syrie. « Ce silence tue les gens en Syrie », a déclaré le ministre, critiquant notamment l’absence d’une résolution à ce sujet du Conseil de sécurité des Nations-Unies. A cet égard, le président russe, Vladimir Poutine, a proposé d’organiser en Russie une conférence internationale sur la question des réfugiés syriens.

En effet, l’Onu s’attend à ce que le nombre de réfugiés syriens dans les quatre pays voisins double pour atteindre un total de 1,1 million d’ici juin si le conflit se poursuit. Le Liban, l’Iraq, la Jordanie et la Turquie tirent régulièrement la sonnette d’alarme, se disant prêts à accueillir les Syriens fuyant la guerre, mais à condition d’être aidés .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique