Dimanche, 21 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Taekwondo : Deux Egyptiens de plus à Rio 2016

Doaa Badr, Lundi, 08 février 2016

L’Egypte a décroché 2 tickets olympiques à travers les éliminatoires africaines de taekwondo qui se sont achevées le 7 février au Maroc.

Sous le haut patronage de Sa Majesté le roi Mohammed VI, et en collaboration avec le ministère de la Jeunesse et des Sports et le Comité National Olympique Marocain (CNOM), la Fédération royale marocaine de taekwondo a organisé les qualifications afri­caines pour les Jeux Olympiques (JO) de Rio de Janeiro 2016 (Brésil) à la salle omnisports Al-Inbiâath d’Agadir du 5 au 7 février 2016, sous la supervision de la Fédération internatio­nale de taekwondo (WTF) et de la Confédération africaine (AFTU).

86 taekwondoïstes représentant 29 pays, un record de participation, étaient présents à Agadir pour ces qualifications continentales, avec 4 athlètes (2 hommes et 2 dames) chacun qui tenteront de se départager en vue de parti­ciper aux Jeux olympiques d’été 2016, en août prochain.

Trois Egyptiens ont participé à ces joutes, 2 hommes et une dame. Les 3 Pharaons ont décroché 2 tickets olympiques.

Siham Al-Sawalhi a remporté le premier tic­ket olympique dans la catégorie -67 kg. Après avoir battu la Malienne, Nana Doumbia, en quarts de finale, Siham a battu en demi-finales Sofia Reis du Cap-Vert, pour assurer la qualifi­cation olympique en battant en finale l’Ivoi­rienne Gbagbi Ruth. Ainsi, Al-Sawalhi, l’Egyptienne la plus expérimentée de la sélec­tion nationale, disputera les JO pour la 2e fois.

Son compatriote, Ghofran Zaki, lui aussi s’est qualifié dans la catégorie -68 kg. Son parcours a été très long. Au premier tour, il a été directement qualifié, puis il a battu en 8es de finale Ramosoeu Nkuebe du Lesotho. Lors des quarts de finale, il a battu le Marocain Faiçal Saïdi, qui a pourtant bénéficié de l’en­couragement de son public en jouant à domi­cile. Il a poursuivi sur sa lancée en demi-finales, en battant David Boui de la République centrafricaine. En finale, face au Sénégalais Balla Dieye, l’Egyptien a brillé en remportant la médaille d’or, affirmant ainsi sa qualifica­tion olympique.

Quant à leur compatriote, le jeune Seif Eissa (18 ans), il a échoué dans sa mission de décro­cher le ticket olympique en catégorie -80 kg. Après avoir battu en quarts de finale Hama Alzouma (Niger), Eissa a été battu en demi-finales par le Malien Ismaïl Coulibaly. Malgré cet échec, Eissa est considéré comme un taekwondoïste d’un très haut niveau qui repré­sente l’avenir de la discipline.

Les observateurs pensent que la concurrence était dure, notamment de la part de pays comme le Maroc, pays hôte, la Tunisie, l’Algé­rie et le Mali. Mais l’Egypte est considérée comme un leader de cette discipline en Afrique. C’est d’ailleurs le seul pays à avoir décroché une place pour Rio de Janeiro grâce à un clas­sement favorable sur le plan mondial, chez les dames, grâce à Hédaya Malak.

Dans la salle couverte Al-Inbiaâth, 84 ath­lètes (49 hommes et 35 dames) sont entrés en lice dans l’objectif d’atteindre la finale dans chacune des 8 catégories de poids. Le tournoi préolympique d’Agadir était la seconde com­pétition d’envergure abritée par le Maroc, après l’Open international K1, organisé dans la même enceinte en novembre dernier. C’est également le deuxième tournoi qualificatif aux JO, après celui réservé à l’Europe, qui s’est déroulé les 16 et 17 janvier dernier.

Ainsi, la mission des Egyptiens n’a pas été de tout repos, vu la présence des meilleurs taekwondoïstes du continent à Agadir et la limitation des places mises en compétition à 16 seulement.

Malgré la concurrence serrée, les athlètes égyptiens ont attiré l’attention grâce à leur excellent niveau. Ces derniers ont bénéficié d’une préparation jugée suffisante.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique