Jeudi, 29 février 2024
Dossier > Dossier >

La sélection de l'Hebdo

Mardi, 02 février 2016

La sélection de l

Fi Naqd Al-Khétab Al-Arabi Al-Rahen (de la critique du discours arabe actuel), l’un des 200 ouvrages présentés par l’Organisme général du livre (GEBO).

1

Composé de 4 chapitres sur le capitalisme, les nationalistes arabes, la religion politique et la précision des concepts, le livre est signé par le penseur Samir Amin. L’ouvrage traite de la contradiction entre la politique de l’Etat, celle des partis, de l’économie, de la production, de la religion et des classes sociales. Ce livre a aussi prédit les révolutions arabes bien avant leur déclenchement. L’écrivain ne s’oppose pas au nationalisme arabe, mais plutôt à la stratégie d’action de la part des régimes dans les Etats arabes, ainsi qu’aux conflits de classes. Le chapitre sur la précision des concepts est, selon les spécialistes de la politique et de l’économie, d’une importance extrême, parce qu’il précise les définitions de certains concepts politiques et économiques, sur lesquels la société doit se pencher. L’ouvrage précise que ledit islam politique n’est qu’une réaction de l’échec des communautés musulmanes à trouver l’alternative du capitalisme, qui réalise la justice sociale et les libertés.-

--

----

Awraq Maguehoula, Makhtoutat Taha Hussein Bi Al-Faransiya (les papiers inédits : manuscrits de Taha Hussein en français), par Abdel-Rachid Al-Mahmoudi, parmi les 150 nouveaux ouvrages du Centre National de la Traduction (CNT).

2

Pour la première fois, le CNT publie un ouvrage bilingue en français et en arabe, en même temps. Il s’agit de la traduction de quelques manuscrits, rédigés en français par Taha Hussein, découverts par l’écrivain Abdel-Rachid Al-Mahmoudi et qui sont publiés pour la première fois. Le livre comporte des opinions et des correspondances de Taha Hussein, qui traitent de la philosophie, de la religion et de la traduction. On peut lire quelques manuscrits adressés à l’Occident sur les causes de l’Algérie et de la Palestine. On peut en lire un autre sur l’Egypte à l’époque ottomane

--

--

--

--

Al-Mawt Amal Chaq (la mort, une mission difficile), du romancier syrien Khaled Khalifa, à la maison d’édition Al-Aïn.

3

Rien n’est plus fort que la mort en Syrie. C’est à partir de cette scène surréaliste syrienne que le romancier Khaled Khalifa a commencé son nouvel ouvrage. L’écrivain, prix Naguib Mahfouz du roman en 2013, y présente la complexité et la souffrance de la population en Syrie à cause des conflits, à travers un personnage principal : Bolbol. Celui-ci insiste pour réaliser les dernières volontés de son père, qui a exigé d’être enterré à côté de sa soeur, dans son petit village natal. Les événements se déroulent dans un déplacement vers l’enterrement de son père, pour voir toutes les atrocités et la destruction de la Syrie en raison des conflits sur le terrain.

--

--

--

--Günter Grass Wa Al-Ealam Al-Arabi (Günter Grass et le monde arabe), de Samir Greiss, à la maison d’édition Al-Kotob Khan.

4

Il s’agit du premier ouvrage, rédigé en arabe, qui relit le parcours de l’écrivain allemand, Günter Grass, lauréat du prix Nobel pour la littérature en 1999 et décédé en 2015. C’est un ouvrage du traducteur et écrivain égyptien, germanophone, vivant à Berlin, Samir Greiss. L’ouvrage passe en revue les étapes les plus importantes dans la vie de Grass, en présentant une vision critique de ses ouvrages, notamment ceux traduits en arabe. Greiss consacre un chapitre de son ouvrage à la relation de Grass avec le monde arabe, à travers son voyage au Yémen. L’écrivain allemand était connu pour ses positions politiques qui défendaient les droits de l’homme et les causes du tiers monde.

--

--

--

--

Massar Al-Azraq Al-Hazine (la destinée de l’indigo), du poète Alaa Khaled, aux éditions Al-Karma.

5

C’est une expérience personnelle du poète égyptien Alaa Khaled. Il raconte dans son nouvel ouvrage son expérience entre vie et mort. A la suite d’une erreur chirurgicale qui aurait dû causer sa mort, il relate ses sentiments et ses idées. Le poète explique dans son ouvrage que la couleur bleue l’entourait partout dans sa chambre à l’hôpital. Ses rapports avec les malades voisins et leurs petites histoires sont aussi de couleur indigo. Le texte traite des questions comme la perte de la vie privée, la lutte contre la mort, comme l’amour, la vie et la place de l’humain dans l’univers.

--

--

--

--

--Satwet Al-Nass : Khétab Al-Azhar Wa Azmet Al-Hokm (l’hégémonie du texte : le discours d’Al-Azhar et la crise du régime), de Basma Abdel-Aziz, à Dar Sefsafa.

6

C’est une étude de la chercheuse, psychologue et écrivaine Basma Abdel-Aziz, sur le discours de l’instance religieuse Al-Azhar. Cette instance était, et l’est toujours, présente intensivement sur la scène égyptienne, par son discours, notamment à partir de la révolution du 25 janvier 2011. Les positions de cette instance ont varié entre interdiction, soutien, renforcement et soumission au pouvoir. Il s’agit d’une étude qui examine la relation entre Al-Azhar et le régime au pouvoir à travers les discours prononcés ou publiés durant les événements des dernières cinq années, notamment lors de la période transitoire.

--

--

--

--

Ahlam Fatret Al-Naqaha (les rêves de la convalescence), second volume, de Naguib Mahfouz, à Dar Al-Shorouk.

7

Ce sont là de nouveaux manuscrits de l’écrivain égyptien Naguib Mahfouz, lauréat du prix Nobel de littérature en 1988. En mai 2015, les deux filles du défunt écrivain, Fatma et Oum Kolsoum, ont trouvé un trésor inédit, de nouveaux manuscrits rédigés par leur père. Il s’agit de 298 rêves, publiés dans ce nouvel ouvrage de 273 pages et inaugurant un genre littéraire à part oscillant entre nouvelle, rêve, maxime et sagesse. Le Salon international du livre du Caire 2016 rend hommage à Naguib Mahfouz décédé il y a une décennie.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique