Mardi, 16 avril 2024
Dossier > Dossier >

Trois questions sur les sunnites et chiites

Hana Afifi, Mercredi, 13 janvier 2016

Trois questions sur les sunnites et chiites
Le roi Saoud lors de sa rencontre avec le chah d'Iran en Arabie saoudite dans les années 1960.

Pourquoi deux branches de l’islam ?

Selon l’ancien directeur de l’éducation religieuse au Koweït, Mohamad Chamseddine Abdel- Hafez, cette division date de l’histoire ancienne du monde islamique. Les musulmans étaient tous un, puis est né le chiisme après la mort du prophète Mohamad. Les chiites croient que Ali Bin Abi- Taleb, cousin et gendre du prophète, devait être son successeur. Mais après la mort du prophète, c’est Abou-Bakr Al-Seddiq, son ami et compagnon, qui devient le premier calife. Ali Bin Abi-Taleb ne sera, lui, calife qu’en 656 et le restera 5 ans avant sa mort. Il a été suivi de Omar Ibn Al-Khattab, puis Osmane Ibn Affan. A l’époque de Osmane, certains musulmans ont condamné son choix des gouverneurs dans les territoires musulmans, et le calife a été tué à Médine par des opposants provenant des autres provinces. Ali Bin Abi-Taleb lui succède, comme calife en 656 (et restera pour 5 ans avant sa mort). Mais Moawiya Bin Abi-Sofiane, gouverneur de Syrie choisi par Osmane, se rend à Médine avec ses partisans pour réclamer vengeance à Osmane. Ali, lui, estimait que les musulmans étaient face à une « fitna » (division), il a alors reporté la question de la vengeance. Les musulmans se sont donc scindés en deux : ceux qui soutenaient Moawiya d’une part et ceux qui soutenaient Ali de l’autre, ou « les partisans de Ali ». Pour éviter une confrontation armée, on décida de recourir à l’arbitrage de deux personnalités, une de chaque camp. Amr Ibn Al-Aas a été choisi pour représenter le camp de Moawiya, et Abou-Moussa Al- Achaari représentait Ali. Ils se sont mis d’accord sur la destitution de Ali et de Moawiya, et que chacun des deux représentants annonce la destitution de son leader, pour que les musulmans choisissent un nouveau calife. Ainsi, Al-Achaari a annoncé la destitution de Ali. Or, Amr Ibn Al-Aas usa d’une ruse et dit « Et moi aussi » (voulant dire Ali et non Moawiya). « La première bataille entre musulmans a alors commencé, celle d’Al-Gamal », explique Abdel-Hafez. Certains pensent que le mot « chiites » n’a été connu comme désignant les partisans de Ali qu’à partir de cette bataille. Les combats ont continué jusqu’à ce que Ali soit tué. Son fils Al-Hassan a été choisi par les partisans de Ali, mais il a refusé le califat pour « éviter l’effusion de sang parmi les musulmans ». Ces conflits armés entre musulmans marquent le début des « chia » (partisans ou parti) de Ali. Mais c’est la bataille de Karbala en Iraq, une vingtaine d’années plus tard, en 680, qui est considérée comme l’épisode fondateur du chiisme. Les Iraqiens font appel à Al-Hussein, le second fils de Ali pour être calife, après le refus de son frère Al-Hassan. Une fois arrivé à Karbala, les soldats de Yazid Ibn Moawiya, fils de Moawiya et second calife omeyyade, le tue avec ses hommes et sa famille. D’où la fête de Achoura où les chiites commémorent le martyr d’Al- Hussein. Le mot « sunnite », lui, est dérivé de l’expression « Ahl alsunna », ou « les gens de la tradition du prophète ».

Quelle est la différence entre les chiites et les sunnites en tant que culte ?

Malgré des différences dans le culte et la perception des guides spirituels, les fondements de l’islam sont communs pour les deux doctrines : ils croient en Dieu, et que Mohamad est son prophète. Il existe aujourd’hui trois principales branches du chiisme : les Zaïdis, les Ismaïlis et Ethna achar. Ces derniers sont la principale doctrine. Ils pensent qu’il existe douze successeurs et leaders légitimes des musulmans appelés « imams » qui sont tous les descendants du prophète. Le chiisme se distingue également du sunnisme par l’existence d’un clergé très hiérarchisé.

Où se trouvent les chiites et les sunnites ?

Il y a entre 160 et 200 millions de chiites dans le monde, dont le tiers vit en Iran, les chiites sont majoritaires en Iraq, à Bahreïn et en Azerbaïdjan. Plus de 85 % des 1,5 milliard de musulmans sont sunnites.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique