Jeudi, 23 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Handball : Une élimination sans surprise

Mohamad Mosselhi, Mardi, 22 janvier 2013

La sélection égyptienne a été éliminée des 8es de finale du Championnat du monde. Si ce résultat est théoriquement satisfaisant, beaucoup de questions se posent quant à l’avenir de la discipline en Egypte.

HandBall
(Photo: Reuters)

Sans surprise, l’Egypte n’a pas pu surmonter l’obstacle de la Slovénie lors des 8es de finale du Championnat du monde de handball en s’inclinant 26 à 31, lundi. Il était prévu que les Egyptiens n’aient pas au-delà de ce tour puisqu’ils ont dû se mesurer à la puissante formation slovène, leader du groupe C, dans la phase finale de la compétition mondiale. « On a réalisé notre objectif dans la compétition, à savoir se hisser jusqu’aux 8es de finale. Aller plus loin était hors de notre portée », confie avec beaucoup de réalisme Assem Al- Saadani, directeur technique de la sélection. Il est évident que l’Egypte a réalisé l’essentiel en se qualifiant au second tour, mais la performance de la sélection tout au long de la compétition inquiète les responsables. Placée dans le groupe D avec l’Espagne, pays hôte de la compétition, la Croatie, médaillée du bronze du dernier Championnat du monde, la Hongrie, classée 4e lors des derniers Jeux olympiques, l’Egypte avait du mal à se mesurer à ce trio. Ses trois défaites ont confirmé la justesse des pronostics, (23- 32 contre la Hongrie, 24-29 contre l’Espagne et 20-24 contre la Croatie). Les Egyptiens n’avaient d’autre choix que battre les deux autres rivaux dans le groupe, à savoir l’Algérie et l’Australie, pour assurer leur qualification au second tour. Mais ils ont déçu lors de leur match contre l’Algérie en donnant l’occasion aux Algériens de rattraper leur retard de 5 buts et de décrocher un nul difficile de 24-24. La large victoire de l’Egypte contre l’Australie 39-14 a tranché pour sa qualification en décrochant la 4e place du groupe, grâce à sa différence (+7) aux dépens de l’Algérie (-3) puisque les deux équipes ont récolté le même nombre de points (3 points). Ainsi, il était tout à fait normal que notre équipe nationale affronte des difficultés face à la puissante sélection slovène qui s’est imposée facilement à la tête de son groupe.

Une performance inquiétante

Loin du résultat de l’Egypte vu la puissance des adversaires, la performance de l’équipe lors de cette compétition est inquiétante. En effet, Assem Al-Saadani, directeur technique de la sélection, a tenté d’injecter du sang nouveau au sein de la sélection en donnant l’occasion aux nouvelles recrues de participer à cette compétition aux dépens des anciens. Une bonne manoeuvre de la part du directeur technique de la sélection, mais malheureusement, elle n’a pas porté ses fruits. Ces nouveaux éléments qui manquaient d’expérience n’ont pas réussi à combler le vide laissé par les absents, à savoir Hussein Zaki, Hassan Yousri, Moustapha Al-Sayed et autres. « C’est vrai que donner l’occasion aux jeunes est une bonne chose, mais il faut qu’ils soient capables d’endosser le maillot de la sélection. Malheureusement, la majorité de ces jeunes ne manquent pas seulement d’expérience, mais de talent aussi », explique Chérif Moemen, ancien entraîneur de la sélection.

L’inexpérience des jeunes recrues

Sur presque 10 jeunes joueurs, seul le meneur de jeu de Tayarane et de la sélection, Mohamad Alaa Al-Sayed, a réussi à s’exprimer. Les autres n’ont pas été à la hauteur pour représenter l’Egypte dans une telle grande compétition comme le Championnat du monde. « Un joueur talentueux peut s’exprimer quelles que soient les circonstances. Par exemple, Hussein Zaki a fait parler de lui en 2001 à l’âge de 21 ans. Voire, il été désigné dans l’équipe type de la compétition en 2001. Même situation pour Ahmad Al-Ahmar qui a présenté une prestation exceptionnelle dès ses débuts en 2007. Malheureusement, aucun joueur de cette génération n’a attiré l’attention lors de ce Mondial », ajoute Moemen. Pour Gohar Nabil, ancien international égyptien, il faut faire le bon choix avant d’entreprendre de grandes modifications. « Il est important de faire des changements pour assurer la relève au sein de la sélection. Mais il faut d’abord s’assurer que les nouveaux joueurs sont meilleurs que les anciens. A mon avis, les anciens sont plus capables », déclare Gohar Nabil.

Il est clair que la performance de la sélection a suscité beaucoup de questions sur l’avenir du handball égyptien, seule discipline présente sur la scène mondiale durant la première décennie de ce siècle. Les responsables devraient étudier sérieusement le sort de cette sélection qui a perdu de son crédit, même sur la scène continentale

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique