Jeudi, 25 juillet 2024
Dossier > Dossier >

Le barrage en dates

Hana Afifi, Mardi, 18 août 2015

1927 : L’Ethiopie s’accorde avec une société américaine pour étudier la pos­sibilité de construire un barrage sur le Nil Bleu.

1929 : Traité entre l’Egypte et les colonies britanniques de l’Est de l’Afrique (Burundi, Kenya, Rwanda, Tanzanie et Ouganda), selon lequel l’Egypte reçoit 57 % des eaux du Nil, tandis que les autres pays doivent obte­nir le consentement de l’Egypte quant à la construction de projets majeurs sur le Nil.

1956-1964 : Une organisation amé­ricaine fait des études sur le Nil Bleu et propose à l’Ethiopie quatre sites dotés d’un potentiel hydroélectrique, dont le site du barrage de la Renaissance.

1959 : Accord sur les eaux du Nil signé entre l’Egypte et le Soudan. Selon lequel, l’Egypte reçoit 55 milliards de mètres cubes d’eau par an, soit 66 % du débit annuel du Nil, alors que le Soudan reçoit 18,5 milliards.

2010 : Accord d’Entebbe, signé par six pays (Burundi, Ethiopie, Kenya, Rwanda, Tanzanie et Ouganda) après dix années de négociations. Il est fortement rejeté par l’Egypte et le Soudan. L’accord, qui n’a pas été appliqué, augmente l’ap­provisionnement en eaux du Nil reçu par chacun de ces pays.

Novembre 2010 : Plans du barrage de la Renaissance, approuvés par l’Ethiopie.

2011 : L’Ethiopie annonce les plans de construction du barrage de la Renaissance. Une délégation égyptienne de 48 figures politiques se rend en Ethiopie, et l’ancien premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, leur promet que la construction sera reconsidérée si elle est nuisible à l’Egypte.

Avril 2011 : Début de la construc­tion du barrage de la Renaissance.

2012 : Le Soudan annonce son sou­tien à la construction du barrage. Un changement de cap par rapport à son opposition initiale.

Janvier 2014 : Echec du troisième cycle de négociations au Soudan, où l’Egypte quitte les discussions.

Octobre 2014 : Annonce par l’Ethiopie de l’achèvement de 40 % de la construction du barrage. L’Egypte accueille pour la première fois un cycle de négociations sur le barrage.

Décembre 2014 : Visite en Egypte d’une délégation de 70 personnalités qui représente différentes factions de la société éthiopienne, pour clarifier la position de l’Ethiopie.

Mars 2015 : Signature par l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan d’un accord de principe stipulant que l’Ethiopie utilise le barrage pour générer de l’électricité et non pour l’agriculture et que les trois pays vont coopérer pour leur bien com­mun. L’accord est rédigé par l’Egypte et signé à Khartoum. Date butoir initiale pour le choix des sociétés de conseil qui conduiront les études sur l’impact du barrage s’achève.

Juillet 2015 : Choix des sociétés de conseil. Une société française sera char­gée de 70 % des études et une société hollandaise des 30 % restants.

Août 2015 : Signature des contrats avec les société de conseil, prévue lors du huitième cycle de négociations au Caire.

Juillet 2017 : Date prévue pour la poursuite de la construction du barrage.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique