Vendredi, 14 juin 2024
Dossier > Dossier >

Plus de 4 mois de guerre au Yémen

Amira Samir (avec AFP), Mardi, 11 août 2015

26 mars 2015 :

Début de l’opération « Tempête décisive » de la coalition militaire de 9 pays arabes, menée par l’Arabie saoudite. L’intervention a été déclenchée à la demande du président yéménite Abd-Rabbo Mansour Hadi, réfugié à Riyad, pour contrer l’avan­cée des rebelles houthis. Téhéran dénonce une opération « dangereuse ». Les rebelles, dont le fief se situe dans le nord, se sont emparés depuis sep­tembre 2014 de larges pans de territoires, menaçant le sud du pays.

14 avril :

L’Onu somme les rebelles de se retirer des zones qu’ils ont conquises et leur impose des sanctions dont un embargo sur les armes.

21 avril :

Riyad annonce la fin de sa campagne aérienne appelée « Tempête décisive » et une nouvelle opéra­tion nommée « Redonner l’espoir », mais les frappes reprennent de plus belle dès le lendemain.

5 mai :

Le conflit déborde au-delà des frontières yémé­nites, les Houthis bombardant la région saoudienne de Najrane.

16 juin :

Al-Qaëda dans la Péninsule arabique (Aqpa) confirme la mort de son chef, Nasser Al-Wahishi, dans une attaque de drone américain au Yémen, et annonce son remplacement par le chef militaire du groupe, Qassem Al-Rimi.

17 juin :

Plus de 30 morts à Sanaa dans des attentats anti­chiites revendiqués par le groupe djihadiste Etat Islamique (EI). Ce dernier avait revendiqué le 20 mars ses premiers attentats au Yémen avec l’attaque de mosquées chiites dans la capitale (142 morts).

1er juillet :

L’Onu décrète son niveau d’urgence humanitaire le plus élevé pour 6 mois. Le 7 juillet, l’organisa­tion déplore n’avoir reçu que 13 % des 1,6 milliard de dollars demandés.

22 juillet :

Les forces pro-gouvernementales, appuyées par les raids saoudiens, renforcent leur emprise sur Aden, premier succès face aux rebelles houthis depuis le début de la guerre.

26 juillet :

Les forces pro-gouvernementales repoussent les rebelles des positions qu’ils tenaient encore au nord d’Aden. La réouverture de l’aéroport et du port d’Aden a depuis permis l’acheminement d’aide humanitaire, dont la distribution est encore lente et limitée.

28 juillet :

Une nouvelle trêve humanitaire, la troisième depuis le début de la guerre, vole en éclats avec la reprise des raids de la coalition et des combats dans le sud. Une précédente trêve de 5 jours mi-mai n’avait pas empêché la reprise des combats, et une pause initiée par l’Onu à partir du 10 juillet ne s’est jamais matérialisée.

1er août :

Le chef du gouvernement en exil passe quelques heures à Aden. La venue de ce haut responsable dans la grande cité portuaire constitue une visite symbolique.

4 août :

Les forces loyalistes reprennent aux rebelles la base aérienne stratégique d’Al-Anad, élargissant leurs gains territoriaux dans le sud. La base est tombée à l’issue d’une offensive fulgurante lancée avec le soutien aérien et matériel de la coalition, selon le ministère de la Défense.

6 août :

Les forces pro-gouvernementales, équipées de blindés fournis par la coalition arabe, ont lancé une nouvelle offensive dans le sud du pays.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique