Vendredi, 12 juillet 2024
Dossier > Dossier >

L’arme économique

Aliaa Al-Korachi, Mardi, 04 août 2015

Les relations économiques avec les Etats-Unis sont fortement liées, depuis 1979, aux relations diplomatiques. Aides et accords interviennent en fonction des intérêts stratégiques américains.

« Les Etats-Unis veulent soutenir l’Egypte et renforcer son écono­mie … Les entreprises américaines sont prêtes à investir davantage au Caire », lance John Kerry, secré­taire d’Etat américain, lors de la séance d’ouverture du dialogue stra­tégique, dimanche dernier au Caire. Accompagné d’une équipe d’éco­nomistes, il annonce vouloir tra­vailler avec son homologue égyp­tien pour approfondir les relations économiques entre les deux pays.

Kerry a ainsi salué la nouvelle loi sur l’investissement qui, selon lui, « offre des opportunités écono­miques prometteuses », tout comme les mesures prises par le gouverne­ment pour éviter « les pénuries d’énergie ». Selon le communiqué publié par le ministère égyptien des Affaires étrangères à la fin de la rencontre, les deux gouvernements ont décidé de relancer les pourpar­lers pour activer l’accord-cadre sur le commerce et l’investissement qui a pour but de soutenir l’activité du secteur privé. Les deux ministres ont surtout salué l’annonce par le Fonds des projets égypto-américain, qui a vu le jour en 2013, d’un pre­mier investissement d’un montant de 20 millions de dollars améri­cains.

Pour beaucoup d’économistes, Washington cherche, à travers ce dialogue, à récupérer sa position dominante sur le marché égyptien. Les intérêts américains ont en effet chuté de façon spectaculaire au cours des dernières années. Les Etats-Unis se placent aujourd’hui au 3e rang des partenaires écono­miques de l’Egypte, derrière l’Union Européenne (UE) et les pays du Golfe. Ils étaient 2es en 2009, derrière l’UE.

Les pays du Golfe, avec en tête l’Arabie saoudite, les Emirats et le Koweït, ont en effet multiplié leurs investissements et leurs aides éco­nomiques à l’Egypte après la desti­tution de Mohamad Morsi. Mais c’est l’UE qui demeure en tête de liste des partenaires depuis la signa­ture d’un partenariat économique en 2004, qui a libéralisé le commerce entre les deux parties, le libérant de toute contrainte quantitative ou tari­faire. Avec les Etats-Unis, le volume des échanges commerciaux est d’environ 8 milliards de dollars. Mais la balance commerciale est largement déséquilibrée en faveur des Etats-Unis : 6 milliards de dol­lars d’exportations américaines contre seulement 2 milliards d’ex­portations égyptiennes.

La position de l’Egypte dans la liste des partenaires commerciaux des Etats-Unis a elle aussi large­ment reculé : 44e en 2006, l’Egypte se place aujourd’hui au 53e rang.

Gamal Bayoumi, président de l’Union des investisseurs arabes, estime que ce recul est dû au fait que « la zone de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Egypte fait tou­jours défaut à cause de négocia­tions bloquées par la partie améri­caine depuis une dizaine d’an­nées ». Il regrette que ce projet de libre-échange ne figure pas sur l’agenda du dialogue stratégique tenu cette semaine au Caire entre le ministre égyptien des Affaires étrangères et le secrétaire d’Etat américain. « On ne peut pas parler d’un vrai partenariat économique avec Washington tant que cette zone n’a pas vu le jour », poursuit Gamal Bayoumi.

Les pourparlers autour de la créa­tion de cette zone remonte à 1999, quand les deux pays ont signé un accord de commerce et d’investis­sement (TIFA) afin d’augmenter le volume des échanges commerciaux. Cet accord devait être un prélude à l’instauration d’une zone de libre-échange.

Accord boiteux

En 2004, alors que les discussions butent à cause des conditions requises par la partie américaine, comme l’accélération des réformes économiques et politiques, le proto­cole dit du QIZ est signé avec Israël et les Etats-Unis. Ce protocole favo­rise l’accès des produits textiles égyptiens au marché américain sans taxes douanières ni quotas détermi­nés. Ces produits textiles intègrent aussi des composants israéliens. A l’époque, les responsables égyp­tiens estimaient ce protocole comme une étape vers l’établissement d’une zone de libre-échange avec les Etats-Unis. Mais les pourparlers n’ont jamais abouti.

« C’est un accord boiteux, car il comprend l’intervention d’une tierce partie, à savoir Israël », dit Abdel-Khaleq Farouq, directeur du Centre Al-Nil pour les études éco­nomiques. Pour l’économiste, c’est un cas parfait dévoilant la prédomi­nance de la politique sur l’économie dans les relations de Washington avec Le Caire.

Les aides économiques que Washington apportent au Caire représentent aussi, pour l’écono­miste, un autre exemple où la poli­tique régit les hauts et les bas des relations économiques.

Evaluées à 815 millions de dollars en 1980, les aides économiques américaines ont progressivement diminué pour atteindre 200 millions en 2014. Quant aux aides militaires, chiffrées à 1,3 milliard de dollars, elles sont restées constantes depuis 1979, notamment en raison d’un lobby les défendant au sein du Congrès américain.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique