Mardi, 27 février 2024
Opinion > Opinion >

La guerre contre le terrorisme

Dimanche, 05 juillet 2015

Qui se cache derrière les atten­tats sanglants du 1er juillet contre l’armée dans le Sinaï ? L’attaque concertée contre une quinzaine de points de contrôle de l’armée dans la péninsule est certes sans précé­dent. A en juger par la manière dont l’attaque a été planifiée, par le degré de mobilisation (plus de 300 terro­ristes ont participé à l’attaque) et par les armes utilisées, nous sommes face à une organisation implacable, parfaitement armée et organisée. Car il ne s’agissait pas d’une attaque fortuite visant simplement à faire des dégâts, mais d’une action parfai­tement coordonnée.
Le choix de la date de l’opération est symbolique. Celle-ci a coïncidé avec le deuxième anniversaire de la révolution du 30 juin. Son but ? Porter un coup dur à l’Etat égyptien, et compromettre les préparatifs de l’inauguration du Canal de Suez prévue le 6 août prochain. Les terroristes ont utilisé une énorme quantité d’explosifs et un armement moderne, notamment des systèmes portatifs de défense aérienne. Ils ont miné les routes autour de Cheikh Zowayed pour empêcher l’arrivée d’éventuels ren­forts de l’armée et ont tenté d’oc­cuper la ville.
L’opération montre que le groupe Etat Islamique (EI) a réussi à étendre son champ d’activité et qu’il maî­trise désormais de nouvelles méthodes de combat. Outre le Sinaï où il est présent à travers sa filiale égyptienne Province du Sinaï, anciennement Ansar Beit Al-Maqdès, l’EI est présent en Iraq, en Syrie et en Libye. Ses récentes percées en Syrie ont facilité son infiltration sur le territoire égyptien à travers la bande de Gaza. Ce groupe possède des équipements lourds saisis en Iraq et en Syrie. Il serait également impliqué dans un large trafic d’armes vers l’Egypte à travers le Désert occidental, et bénéficie sans doute de la complicité de certains bédouins du Sinaï comme il semble le montrer ces véhicules 4x4 à bord desquels circulaient les terroristes. Ce genre de véhicules est très lar­gement utilisé par les bédouins du Sinaï.
Une chose est sûre, ce genre d’opération ne peut pas être planifié en une journée. Et comme le souli­gnait un haut gradé de l’armée, cette semaine, une implication de services de renseignements étrangers dans l’attaque du 1er juillet n’est pas à exclure. « Cette attaque a probable­ment été menée avec l’appui de ser­vices de renseignements étrangers », a affirmé le haut gradé.
Et d’ajouter que les Frères musulmans pour­raient également être impliqués dans la planification de cette opéra­tion aux côtés d’autres groupes terroristes. « Les Frères ont été en mesure récemment de retrouver leur équilibre à l’étranger. Ils sont installés en Turquie. Et il n’est pas exclu qu’ils aient contacté d’autres groupes ayant le même but qu’eux pour mener cette opération avec le but de porter un coup dur au régime égyptien et tenter de montrer les forces armées comme étant incapables de faire face au terro­risme ». L’Egypte est désormais impliquée dans une véritable guerre pour éradiquer ce fléau qu’est le terrorisme.
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique