Vendredi, 14 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Saint-Serge, une page de l’histoire chrétienne

Doaa Elhami, Lundi, 25 mai 2015

Le passage de la Sainte Famille en Egypte sera célébré le 1er juin à l’église Saint-Serge, au Vieux-Caire, l’un des jalons importants de ce séjour.

Saint-Serge, une page de l’histoire chrétienne
Pour atteindre l'église Saint-Serge, il faut descendre quelques marches d'escalier.

24 Bachanse, selon le calen­drier copte, soit le Ier juin, c’est la date de l’entrée en Egypte de la Sainte Famille, en fuite de la persécution du roi Hérode. Beaucoup de fidèles se rendent à l’église Saint-Serge, située au Vieux-Caire, pour assister à la messe dédiée à cette occasion.

« Pour certains coptes, assister à cette messe à l’église Saint-Serge est comme un pèlerinage annuel », explique Hani Zarif, ins­pecteur et chef du département numérique au Musée copte. Pour lui, l’emplacement de cette église était vénéré par les premiers chré­tiens avant même la construction de celle-ci. En effet, pendant son séjour en Egypte, la Sainte Famille s’est installée quelque temps au sein d’une crypte à cet endroit. C’est au-dessus de cette crypte que l’église Saint-Serge fut construite.

D’une superficie d’une trentaine de mètres et de 2,5 m de hauteur, cette crypte était l’endroit où les coptes célébraient l’arrivée de la Sainte Famille en Egypte. Elle était connue comme un lieu de culte pour les premiers chrétiens. La crypte a été transformée en petite chapelle, en dessous de l’au­tel de l’église Saint-Serge, mais elle a été submergée par la nappe phréatique. Des tentatives de pom­page ont lieu de temps en temps pour permettre aux fidèles et aux touristes de la visiter.

Pour arriver à l’église Saint-Serge, il faut prendre le métro jusqu’à la station Mar Guirguis. L’église Saint-Serge est nichée dans une petite ruelle parsemée de bazars, entre le Musée copte et l’église Mar Guirguis (Saint Georges). Pour y accéder, il faut descendre quelques degrés d’esca­lier. « Le niveau de l’église est inférieur d’environ 13 pieds (3,9 m) du niveau de la rue », explique Hani Zarif. L’église, plus connue sous le nom de Saint-Serge ou d'Abou-Serga, est dédiée aux mar­tyrs Serge et Bacchus. Ce sont deux soldats égyptiens qui ont été persécutés au temps du règne de l’empereur Maximin le Thrace (235-238). Elle fut construite fin du Ve début du VIe siècle. De style basilique aux motifs architectu­raux caractéristiques, c’est surtout son plafond qui attire l’oeil du visi­teur avec sa forme d’un arche ren­versé, renvoyant à l’arche du pro­phète Noé qui avait sauvé l’huma­nité.

Un joyau de l’architecture copte

Eglise Saint-Serge
L'intérieur de l'église.

L’église est divisée en trois nefs par deux rangées de six colonnes chacune, dont onze en marbre, renvoyant aux apôtres, les piliers de l’église, et une en granit rouge qui réfère à Judas. Sept marches d’escalier séparent la nef princi­pale du reste de l’église. « Elles symbolisent les sept degrés de la hiérarchie ecclésiastique copte », explique Hani Zarif. Une peinture du Christ entouré d’anges décore l’intérieur du sanctuaire voûté de bois peint et d’un dôme de style islamique. « L’ancien autel de bois, étant l’un des plus vieux en Egypte, est actuellement conservé au Musée copte », ajoute Zarif.

L’iconostase de l’église, incrus­tée d’ivoire et d’ébène et riche­ment ornée, date du XIIe-XIIIe siècles. Certaines icônes datent du Xe siècle. Dont celles représentant la Nativité, la multiplication des pains, et les trois saints Démétrius, Georges et Théodore.

Autre particularité. L’église Saint-Serge est citée dans l’his­toire patriarcale en Egypte. En effet, les traditions obligeaient le nouveau patriarche d’y faire une prière à l’occasion de son introni­sation. En 977, le clergé s’y est réuni avec les notables coptes, afin d’élire un nouveau patriarche. Ils ont alors sélectionné un marchand syrien, Abraam Ibn Zaraa, connu par son honnêteté. « C’est durant son pontificat que s’est produit le miracle du transfert du mont Al-Moqattam », reprend Hani Zarif.

La Sainte Famille au pays du Nil

La Sainte Famille au pays du Nil
Une icône copte illustrant le voyage de la Sainte Famille.

Au temps de l’empereur Hérode, l’Enfant Jésus est né à Bethléem. Craignant de perdre son royaume avec la naissance d’un « enfant roi », Hérode va ainsi décréter le meurtre de tous les nouveau-nés jusqu’à l’âge de deux ans. La Vierge Marie a décidé de sauver l’enfant et fuir avec l’aide de Joseph. Ainsi a commencé l’itinéraire de la Sainte Famille en Egypte.

La première station sera Al-Zaraniq et Farma, sur la côte de la Méditerranée, à 37 km à l’ouest d’Al-Arich. Avant d’atteindre Basta, près de l’actuelle ville de Zagazig dans le Delta du Nil, à environ 100 km au nord-est du Caire. Ensuite, la Sainte Famille arrive à Mostorod, à environ 10 km du Caire, avant de se diriger à nouveau vers le nord pour atteindre Belbeis dans l’actuel gouvernorat de Charqiya, à 55 km environ de la ville du Caire. Elle va traverser le Delta pour Samanoud, au nord-ouest du Delta, et continuer pour le nord à Sakha Khasset dans l’actuel gouvernorat de Kafr Al-Cheikh. De retour au Caire, la Sainte Famille arrive à Matariya. Le déplacement devient plus fréquent : Une halte à Zeitoun, entre Matariya et le Vieux-Caire, suivie d’une nouvelle halte entre Matariya et le Vieux-Caire. De Maadi près de Memphis, capitale de l’Egypte Ancienne, la Sainte Famille partira pour la Moyenne-Egypte : A Maghagha et à Bahnassa, à 10 km à l’ouest de la ville d’Achnine Al-Nassara, puis à Gabal Al-Teir sur la rive est du Nil, sur la même ligne que le village de Samallout. Elle va atteindre Achmounein Mallawi, dernière station dans l’actuel gouvernorat de Minya sur la rive ouest du Nil. Elle prendra la même ligne que le Nil pour arriver à Assiout à Qosqam, dans les environs de Deir Al-Moharraq, et va terminer son itinéraire à Dronka, au sud de Gabal Assiout.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique