Mardi, 28 mai 2024
Opinion > Opinion >

Les Arabes en perdition

Lundi, 27 avril 2015

Qui aurait pensé un jour que la question palestinienne se retrouve en dernière position sur la liste des causes arabes ? Alors qu’il y a encore peu de temps, cette cause était l’une des priorités politiques et dans l’esprit des peuples et des dirigeants.

En effet, personne n’aurait ima­giné que les Etats arabes se noient dans leurs crises. Et au lieu d’af­fronter Israël, ils sont entrés dans un tourbillon de guerre civile. Les Etats-Unis ont divisé l’Iraq entre sunnites et chiites, musul­mans et coptes, kurdes et perses. Et au lieu de construire une patrie, le peuple iraqien s’est divisé et s’est transformé en fac­tions antagonistes. La malédic­tion a atteint la Syrie où toutes les ressources et les richesses du peuple ont été détruites à cause de la guerre civile entre les diffé­rentes factions. Et les divisions n’étaient pas également loin de la Palestine entre le Fath, le Hamas, Gaza, le gouvernement de Ramallah et le reste des factions. Pour ce qui est de la Libye, il s’y déroule actuelle­ment des combats acharnés entre les tri­bus et les familles libyennes. Au Yémen, la situation précaire a nécessité l’interven­tion de forces mili­taires sous la direction de l’Ara­bie saoudite pour sauver la patrie d’une guerre civile où il ne peut y avoir ni gagnant ni perdant. Au milieu de ce bain de sang, Israël ne fait que remporter des vic­toires après que les armées arabes furent démantelées. Israël est le premier bénéficiaire et l’Iran le deuxième parce qu’il a réussi à se trouver une place dans un grand nombre de capitales arabes. Effectivement, l’Iran a aujourd’hui un pouvoir au Liban à travers le Hezbollah, en Palestine avec le Hamas, en Syrie avec le régime en place et en Iraq en raison de la sédition entre sun­nites et chiites. Et enfin au Yémen, où les Houthis se sont emparés du pouvoir par les armes. Le conflit prochain dans sa forme finale sera entre Israël et l’Iran. Et dans le contexte du rapprochement américano-iranien il ne sera pas curieux de voir Israël et l’Iran s’installer à la même table pour répartir les rôles. Ainsi, les ennemis d’hier deviendront les amis d’au­jourd’hui.

Effectivement, dans la politique il n’y a ni amitiés ni animosités éter­nelles. Ce qui se passe aujourd’hui dans le monde arabe ramène les pays et les peuples vers un passé lointain alors que le monde entier se dirige vers un avenir nouveau.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique