Al-Ahram Hebdo,Arts | Eventail printanier
  Président Salah Al-Ghamry
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 

 Semaine du 19 à 25 avril 2006, numéro 606

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Kiosque

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Loisirs

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Arts
Événement . L’Association culturelle Al-Mawred organise pour la troisième année consécutive, du 20 avril au 12 mai, son Festival du printemps. Musique, poésie et stars arabes sont au rendez-vous.

Eventail printanier

Cinq concerts et quatre soirées poétiques sont au programme du Festival du printemps, organisé par l’Association Al-Mawred, en coopération avec l’Opéra du Caire, Saqiet Al-Sawi, la galerie Makan, le centre des arts de la Bibliothèque d’Alexandrie et le British Council. Cette association n’a pas manqué, dès sa fondation en 2004, de se forger une réputation solide. Grâce notamment à ses activités culturelles assez intenses et en dépit de nombreux obstacles que lui imposent les autorités de temps à autre. « La rencontre littéraire qui était prévue fin 2004 a été annulée sous prétexte qu’Al-Mawred n’a pas été déclarée en tant qu’association regroupant en son sein des actionnaires égyptiens. Pour des raisons sécuritaires, nous n’avons pas eu le droit d’inviter des auteurs étrangers », souligne Samia Jahine, responsable de la programmation à l’Association Al-Mawred. Et même après avoir réglé certains problèmes administratifs et réussi à se procurer un théâtre, dans le parc d’Al-Azhar, l’association s’est trouvée dans l’obligation de tenir les manifestations de ce troisième festival printanier à l’Opéra du Caire, à Saqiet Al-Sawi, à la galerie Makan et au centre des arts de la Bibliothèque d’Alexandrie. Car son théâtre, celui de Guéneina, est fermé depuis le 23 février dernier jusqu’à nouvel ordre.

Mais la culture trouve toujours sa voie ... Le Libanais Marcel Khalifé ouvrira les festivités par deux concerts à l’Opéra et à Saqiet Al-Sawi, les 20 et 21 avril. Nommé « artiste de la paix » par l’Unesco en 2005, le compositeur-interprète a influencé des générations entières d’intellectuels arabes. Il a été le chantre de la cause palestinienne, mais aussi de Beyrouth occupée. Ses chansons d’ordre politique entraînent les foules, qui répètent derrière lui, connaissant par cœur les paroles de Mahmoud Darwich, Talal Heidar, Ibn Arabi ou autres. Ayant déjà donné un concert en solo à l’Opéra vers 1998, cette fois-ci il se produit accompagné de l’ensemble Mayadin et la chanteuse Omayma Al-Khalil. Transe et enthousiasme au rendez-vous.

Deux autres concerts seront donnés par la troupe britannico-marocaine Momo, sponsorisés par le British Council, laquelle mêle rythmes traditionnels marocains et musique électronique, s’inspirant de la musique techno et du hip-hop entre autres. Cette troupe, qui a reçu le prix du meilleur tube de l’année 2003 par la Radio britannique, se produit le 28 avril à Saqiet Al-Sawi et le 30 avril à la Bibliothèque d’Alexandrie.

Par ailleurs, un concert de musique classique métissée sera donné par la troupe syrienne Hewar ; celle-ci opère un dialogue, comme l’indique son nom. Les mélodies des instruments acoustiques orientales et occidentales s’entrelacent, créant une structure musicale exceptionnelle, le 11 mai prochain, à Saqiet Al-Sawi.

Et comme le programme musical a débuté par le oud de Marcel Khalifé, il s’achèvera également en beauté avec un autre luthiste au style très différent : Anouar Brahm. Ce compositeur et musicien tunisien a instauré une nouvelle technique de jeu, s’inspirant du jazz et de la musique turque. Il a un effet modernisateur indéniable qu’on pourra apprécier le 12 mai à l’Institut de musique arabe. Il sera accompagné de la clarinette du Turc Barbaros Irkousi.

La poésie constitue en outre l’autre volet intrinsèque du festival. La poétesse palestino-américaine Soheir Hammad sera présente le 27 avril au Centre égyptien de la culture et des arts, Makan. Dans un anglais familier, ses poèmes demeurent très ancrés dans la culture arabe. La Palestine représente, pour elle, le nombril du monde et son portail menant aux civilisations de l’Asie, de l’Europe et de l’Afrique. Née et vivant à New York, elle comprend ce que signifie être réfugiée. Et s’adresse à un public jeune en quête d’identité.

Le poète bahreïni Qassem Haddad, réputé pour sa recherche continue de nouveaux modes d’expression, se lance dans des aventures créatrices avec des artistes, des romanciers et des hommes de théâtre. Initiateur du site Internet le plus important en matière de poésie arabe, celui de « gehat al-chear » (tendances poétiques), ses œuvres dépassent les barrières de la prose et de la poésie. Il animera une soirée poétique le 4 mai, au Makan.

La poésie iraqienne contemporaine prendra aussi part aux festivités, avec Fadhil Azzawi, le 5 mai au Makan. Celui-ci vit à Berlin, son exil de choix depuis la fin des années 1970. Il écrit parfaitement dans plusieurs langues, à savoir l’arabe, l’allemand et l’anglais, posant de multiples interrogations sur le rapport entre la langue et le contexte culturel de l’écrivain.

Le 6 mai, à Saqiet Al-Sawi, une soirée de poésie dialectale sera donnée, intitulée Hagat wahchani (Des Choses qui me manquent), regroupant pour la première fois les poètes égyptiens Amin Haddad et Bahaa Jahine. Appartenant à la même génération, l’un est le fils de Salah Jahine et l’autre de Fouad Haddad, les deux maîtres incontestés de la poésie dialectale égyptienne. Amin Haddad adopte une langue simple et malicieuse pour commenter le monde. Et Jahine se prête à une condensation intéressante.

Ce mélange de musique et de poésie rehausse s’il en faut les couleurs de ce début de printemps, sans manquer de faire valoir les assises culturelles d’Al-Mawred.

Lamiaa Al-Sadaty

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistants techniques: Karim Farouk - Dalia Gabr
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.